PierrePremiere

Pierre, Première Lettre

PIERRE, Première Lettre

 

1, 1 à 12

 

Pierre se donne un seul titre: Envoyé de Jésus Christ, apôtre (en grec) missionnaire (en latin). Plus loin, il se désignera comme "Ancien avec d'autres".

 

Il décrit plus longuement ses correspondants: élus par Dieu, vivant comme étrangers, résidents temporaires (leur vraie cité céleste est à venir) au milieu d'un univers païen.

 

Chrétiens minoritaires, vivant en communautés dispersées à travers toute la Turquie: convertis du Judaïsme ou du paganisme.

 

Leur unité spirituelle vient du choix du Père, qui est en train de les rendre saints grâce à l'Esprit et à leur re-naissance sous l'influence du Christ ressuscité.

 

Ils avancent vers un héritage incorruptible, vers un salut définitif; ils sont pleins d'espérance.

Ils exultent intérieurement malgré les épreuves venant de leur environnement, épreuves qui testent et purifient leurs convictions.

Ils aiment et croient sans voir, tout en étant convaincus, joyeux, exultants. Déjà, ils se sentent en cours de guérison et de salut.

*

Pierre décrit ces chrétiens minoritaires, dispersés et convaincus. Les a-t-il jadis évangélisés? visités ? N'est-il pas en train de vivre une situation identique? Veut-il d'emblée les amener à se sentir compris, soutenus fraternellement?

*

En le lisant, aujourd'hui, nous pressentons que Pierre s'adresse aussi à nous. Et qu'il va nous transmettre une expérience concrète, utile pour vivre une foi joyeuse sans faire l'impasse sur les difficultés de croire au milieu de gens souvent indifférents ou non-croyants.

 

1, 13 à 24

 

Les conseils de Pierre:

 

- garder l'esprit éveillé

 

- Espérer toujours la révélation intérieure du Christ

 

- Maîtriser ses désirs de convoitise

 

- Se conduire selon les orientations venant de Dieu, selon l'Alliance offerte par Lui

 

- Comme des personnes en transit temporaire et provisoire. Le parcours terrestre ne dure qu'un temps, comme celui de l'herbe et de la fleur.

 

- Se souvenir du Christ qui s'est entièrement livré pour nous délivrer d'une manière de vivre insensée. Il a été traité comme un agneau pascal, offert en sacrifice. Aussi Dieu l'a-t-il comblé de gloire alors que les humains l'avait traité avec mépris.

 

-Obéir à la Vérité et à l'Amour personnifiés, Jésus-Christ. L'obéissance à sa Parole nous engendre: elle est semence de vie. immortelle, éternelle.

 

- Vous trouverez cette Parole dans l'Evangile qui vous a été annoncé.

 

- Vous découvrirez alors comment aimer Dieu et vos frères.

 

*

Pierre parle de sa propre expérience. Il écrit simplement, à la manière d'un frère très proche.

Ses conseils valent pour toutes les époques de l'histoire.

 

2, 1 à 10

 

 

Simon-Pierre se souvient du sur-nom que Jésus lui a donné pour définir sa mission et marquer sa personnalité.

Il l'applique à l'ensemble des chrétiens.

Tous doivent devenir des pierres vivantes, assemblées pour constituer le nouveau temple de Dieu.

Tous doivent s'offrir personnellement, intérieurement. Tous doivent offrir le culte qui plaît à Dieu, comme le faisaient les prêtres dans le Judaïsme.

Tous doivent se considérer comme un peuple choisi par Dieu et lui appartenant avec amour.

Tous doivent évoluer en s'ouvrant à la Lumière d'En-Haut pour faire reculer la zone d'ombre qui ne convient pas au croyant.

Tous doivent rendre grâces à Dieu et proclamer ses merveilles..

*

En évoquant le Seigneur Jésus, Roc éternel sur lequel est fondée l'Eglise, Simon-Pierre relit le psaume 117/118. La pierre d'angle, la clé de voûte sur laquelle repose la solidité de la construction, a été choisie par Dieu: c'est le Christ, et nul autre. Certes, des humains, se croyant fidèles à Moïse, l'ont délaissée, rejetée, condamnée. Ils ont commis ainsi une erreur fatale.

Dieu a jugé que le Christ était LA pierre indispensable à la solidité de l'Eglise, Christ irremplaçable par son enseignement, sa mort et sa résurrection.

*

Simon-Pierre prouve ainsi qu'il a fort bien compris qu'il n'était pas, lui, simple humain, le Roc sur lequel le Christ construirait son Eglise.

Par contre, sa Foi envers le Christ, celle qu'il proclama (Mat 16,16), fait de chaque croyant une pierre vivante apportant sa petite part à la solidité de l'Unique Eglise du Seigneur.

 

2, 11 à 25

 

 

Pierre donne plusieurs conseils

 

1.Se comporter en honnête homme, correctement, normalement. Ceci devrait éviter les critiques sans fondement de la part des non croyants: éventuellement ceci permettra leur approbation.

 

2. Prendre sa juste place dans la relation avec des autorités responsables.

Le verbe grec employé à plusieurs reprises une attitude volontaire,

librement consentie,

de coopération sous la responsabilité de quelqu'un.

 

En français, se soumettre peut comporter un sens péjoratif de subordination excessive, de perte de liberté, de soumission imposée et non acceptée.

Pierre préfére le sens grec pour dire à ses frères et soeurs:

mettez-vous à votre place:

vous n'êtes pas en situation de responsabilité.

Mais comportez-vous toujours avec liberté intérieure.

 

3. Au verset 17, Pierre dit littéralement en grec: aimez la fraternité. Prenez votre place dans la Fraternité chrétienne, dans votre Eglise. Vivez en vrais frères et soeurs avec ceux et celles qui partagent la foi en Christ.

 

4. Et si vous souffrez injustement de la part des autres, pensez à la façon dont le Christ Jésus a subi les énormes injustices qui lui furent imposées par des adversaires mal intentionnés.

"Souffrant, il ne menaçait pas, ne proférait pas de mensonges mais il s'en remettait au juste jugement",...celui de Dieu le Juste Juge.

Prenez-le comme exemple à imiter.

 

5. N'oubliez pas, en outre, que Jésus est allé jusqu'à vouloir ainsi vous guérir de vos fautes, de vos meurtrissures. (Pierre évoque Esaïe,53, 4 à 8, poème sur le serviteur de Dieu acceptant de souffrir des plaies qu'on lui infligeait injustement: Il partageait ainsi le sort de beaucoup, et montrait comment ne pas se laisser écraser par l'injustice mais la retourner intérieurement pour mieux la vaincre).

 

 

"Vous étiez errants comme des brebis;

maintenant vous êtes retournés au berger et à celui qui veille sur vous"

(en grec, episcopè)"

(veiller sur, prendre soin de tous, d'où fut tiré le mot évêque,

et sa mission ou son ministère épiscopal

de communion, de protection spirituelle,

d'annonce pioritaire de Jésus Christ)

 

3, 15 à 18

 

Pierre sélectionne ici plusieurs conseils utiles pour les chrétiens vivant au milieu des personnes non-croyantes ou allergiques à la foi chrétienne.

 

- Comportez-vous correctement , comme d'honnêtes gens

 

- et non pas de façon discutable ou critiquables

 

- Si, malgré tout, on vous en veut et on vous calomnie, rappelez-vous qu'on a critiqué et condamné la personne la plus Juste, Jésus. Imitez alors sa réaction.

 

- Comme Jésus, défendez et justifiez votre façon de voir et de croire, avec respect et douceur.

 

*

 

- Comportez-vous en toute logique par rapport à votre situation de baptisés.

 

Le baptême est d'abord un engagement libre et conscient envers Dieu,

une adhésion au Christ qui s'est donné aux humains

pour les faire vivre, les sauver de l'opposition envers Dieu

et finalement leur faire vivre une expérience

de résurrection dès à présent..

 

Ceux qui ont été baptisés avant d'être conscients

sont invités à adhérer un jour au baptême

que leurs parents ont voulu pour eux.

 

 

Le baptême n'a rien à voir avec une purification de fautes

dont on ne serait ni responsable ni coupable.

Pierre n'évoque certainement pas ici ce que,

bien des siècles plus tard, on a appelé le "péché originel".

 

 

 

 

3, 18-22

 

Pour faire comprendre la vraie nature du baptême (un engagement conscient envers Dieu ) Pierre évoque l'attitude de Dieu envers Noé et les couples de sa famille: ils ont été sauvés, ils ont échappé à la perdition, par grâce

 

Nous devrions méditer ce passage à chaque baptême de bébés.

 

C'est en raison de l'engagement des parents d'éduquer l'ouverture à la foi que les bébés sont baptisés: sans cet engagement, ils ne devraient pas l'être.

 

Baptiser ce n'est pas purifier d'une souillure - comme l'eau qui nettoie - c'est faire entrer une personne dans l'expérience d'un rapport de foi envers le Christ - dans l'expérience d'une existence nouvelle, d'une ouverture à la vie, d'un refus de ce qui conduit à la mort.

 

Baptiser, c'est plonger un humain conscient dans une style de vie imprégné des pensées du Père, du Fils et de l'Esprit: c'est plonger "dans le Nom", dans la "personnalité" d'un Dieu paternel, filial, spirituel.

 

(Remarquez, au passage, que Pierre ne dit pas un mot sur ce que nous appelons "le péché originel" qui serait effacé par le baptême ! Nous devrions être plus circonspects lorsque nous présentons le baptême comme l'effacement de la souillure du péché originel! Cette présentation du baptême ne correspond en rien aux paroles du Christ ou de Pierre - et, de plus, elle ne mentionne pas l'engagement dans une vie fondée sur l'Alliance à vivre avec Dieu. Elle cache l'essentiel. Elle est trompeuse et sans fondement)

 

3, 13 à 22

 

Pierre donne plusieurs conseils utiles aux chrétiens vivant dans une société ou une culture qui leur est hostile.

 

1. Agissez avec droiture et justice: et soyez-en heureux

 

2. Ne vous laissez pas dominer par la peur.

 

3. Quand on vous le demande, quand vous en avez l'opportunité, expliquez pourquoi vous êtes croyants. Sans violence, sans prétention, sans mépris envers ceux qui ne partagent pas votre foi, ou qui disent ne croire en rien.

 

4. Et si on dit du mal de vous injustement, et si on vous fait du mal alors que vous faites du bien, ne soyez ni étonnés, ni troublés: c'est exactement ainsi que certains ont réagi par rapport au Christ. Soyez plutôt heureux de l'imiter, de marcher sur ses pas.

 

5 Et n'oubliez pas que Dieu l'a approuvé comme Juste. Il l'a reconnu comme le Sauveur des humains. Il lui a donné la Vie qu'aucune mort ne peut atteindre.

 

6. En vous faisant "baptiser" (plonger, immerger) dans cet Esprit de Jésus, vous échappez au déluge, au déferlement du mal qui cherche à vous engloutir. Vous entrez dans l'Arche qui porte la vie, qui permet à la Vie de redémarrer après les morts.

 

7. En demandant ce baptême, vous avez pris l'engagement envers Dieu de vivre avec une conscience droite. Comportez-vous en baptisés.

Devenez ce que vous êtes !

*

Ces conseils de Pierre sont particulièrement bienvenus dans le monde actuel. Adaptés et applicables.

 

 

3, 14 à 22

 

Pierre sélectionne ici plusieurs conseils utiles pour les chrétiens vivant au milieu des personnes non-croyantes ou allergiques à la foi chrétienne.

 

- Comportez-vous correctement , comme d'honnêtes gens

 

- et non pas de façon discutable ou critiquables

 

- Si, malgré tout, on vous en veut et on vous calomnie, rappelez-vous qu'on a critiqué et condamné la personne la plus Juste, Jésus. Imitez alors sa réaction.

 

- Comme Jésus, défendez et justifiez votre façon de voir et de croire, avec respect et douceur.

 

*

 

- Comportez-vous en toute logique par rapport à votre situation de baptisés.

 

Le baptême est d'abord un engagement libre et conscient envers Dieu, une adhésion au Christ qui s'est donné aux humains pour les faire vivre, les sauver de l'opposition envers Dieu et finalement leur faire vivre une expérience de résurrection dès à présent..

 

 

Le baptême n'a rien à voir avec une purification de fautes dont on ne serait ni responsable ni coupable.

 

4, 12 à 19

Pour la troisième fois ( voir 2,20 à 24; 3,- 13 à 18)

Pierre invite ses frères chrétiens

à bien situer la cause des épreuves qu'ils subissent.

 

Ici, leur souffrance vient de l'opposition de leur entourage à tout ce qui évoque la foi au Christ.

 

Pierre les invite donc à se réjouir plutôt de cette imitation du Christ.

Celui-ci s'en est remis au Créateur (v.19)

et à son jugement sur ceux qui rejettent la Bonne Nouvelle (v.17-18).

Comme le Christ, qu'ils gardent

joie et confiance,

sans se venger ni agresser.