passionscomparees

Mots de la Bible

Expressions bibliques

 

 

 

 

Passion selon MATTHIEU

 

 

( La majeure partie du récit est commune à Marc et à Matthieu.

 

Chapitre 26

 

Et il advint, quand Jésus eut achevé tous ces discours, qu'il dit à ses disciples :

 

2 « La Pâque, vous le savez, tombe dans deux jours, et le Fils de l'homme va être livré pour être crucifié. »

 

3 Alors les grands prêtres et les anciens du peuple s'assemblèrent dans le palais du Grand Prêtre, qui s'appelait Caïphe, 4 et se concertèrent en vue d'arrêter Jésus par ruse et de le tuer. 5 Ils disaient toutefois : « Pas en pleine fête ; il faut éviter un tumulte parmi le peuple".

 

 

 

6 Comme Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, 7 une femme s'approcha de lui, avec un flacon d'albâtre contenant un parfum très précieux, et elle le versa sur sa tête, tandis qu'il était à table. 8 À cette vue les disciples furent indignés : « À quoi bon ce gaspillage ? dirent-ils ; 9 cela pouvait être vendu bien cher et donné à des pauvres. » 10 Jésus s'en aperçut et leur dit :

« Pourquoi tracassez-vous cette femme ? C'est vraiment une « bonne oeuvre »i qu'elle a accomplie pour moi. 11 Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m'aurez pas toujours. 12 Si elle a répandu ce parfum sur mon corps, c'est pour m'ensevelir qu'elle l'a fait.

13 En vérité je vous le dis, partout où sera proclamé cet Évangile, dans le monde entier, on redira aussi, à sa mémoire, ce qu'elle vient de faire. »

 

 

 

14 Alors l'un des Douze, appelé Judas Iscariote, se rendit auprès des grands prêtres 15 et leur dit : « Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai ? » Ceux-ci lui versèrent trente pièces d'argent. (Za 11,12)16 Et de ce moment il cherchait une occasion favorable pour le livrer.....

 

 

Entrée à Jérusalem: Rameaux

Voir Mat21, Marc 11 et Luc 19

Comparer avec Jean 12, 12

 

Chapitre 26

17 Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? »

18 Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” »

19 Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.

 

 

 

 

 

20 Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze.

21 Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. »

22 Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? »

23 Prenant la parole, il dit : «Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer.

24 Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »

25 Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »

26 Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit et, le donnant aux disciples, il dit : «Prenez, mangez : ceci est mon corps. »

 

27 Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous,28 car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés.

29 Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. »

 

 

 

 

Chapitre 26 (suite)

 

30 Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

 

 

31 Alors Jésus leur dit : « Cette nuit, je serai pour vous tous une occasion de chute ; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées.

32 Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

33 Prenant la parole, Pierre lui dit : « Si tous viennent à tomber à cause de toi, moi, je ne tomberai jamais. »

34 Jésus lui répondit : « Amen, je te le dis : cette nuit même, avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. »

35 Pierre lui dit : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » Et tous les disciples dirent de même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapitre 26 (suite)

36 Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gethsémani

Comparer avec Jean , jour des Rameaux

 

36 Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani, et il dit aux disciples :

« Restez ici, tandis que je m'en irai prier là-bas. » 37 Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse.

38 Alors il leur dit : « Mon âme est triste à en mourir, (Ps 42,6) demeurez ici et veillez avec moi. » 39 Étant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : « Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. » 40 Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : « Ainsi, vous n'avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ! 41 Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l'esprit est ardent, mais la chair est faible. » 42

 

 

À nouveau, pour la deuxième fois, il s'en alla prier : « Mon Père, dit-il, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! » 43 Puis il vint et les trouva à nouveau en train de dormir ; car leurs yeux étaient appesantis.

 

44 Il les laissa et s'en alla de nouveau prier une troisième fois, répétant les mêmes paroles. 45 Alors il vient vers les disciples et leur dit : « Désormais vous pouvez dormir et vous reposer : voici toute proche l'heure où le Fils de l'homme va être livré aux mains des pécheurs.

 

46 Levez-vous ! Allons ! Voici tout proche celui qui me livre. »

chapitre 26 (suite)

47 Jésus parlait encore, lorsque Judas, l’un des Douze, arriva, et avec lui une grande foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple.

48 Celui qui le livrait leur avait donné un signe : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le. »

49 Aussitôt, s’approchant de Jésus, il lui dit : « Salut, Rabbi ! » Et il l’embrassa.

50 Jésus lui dit : « Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le ! »

 

Alors ils s’approchèrent, mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent.

51 L’un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui trancha l’oreille.

52 Alors Jésus lui dit : « Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée.

53 Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ? Il mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges.

54 Mais alors, comment s’accompliraient les Écritures selon lesquelles il faut qu’il en soit ainsi ? »

55 À ce moment-là, Jésus dit aux foules : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ? Chaque jour, dans le Temple, j’étais assis en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. »

56 Mais tout cela est arrivé pour que s’accomplissent les écrits des prophètes. Alors tous les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent.

Chapitre 26 (suite)

57 Ceux qui avaient arrêté Jésus l’amenèrent devant Caïphe, le grand prêtre, chez qui s’étaient réunis les scribes et les anciens.

58 Quant à Pierre, il le suivait à distance, jusqu’au palais du grand prêtre ; il entra dans la cour et s’assit avec les serviteurs pour voir comment cela finirait.

 

 

59 Or, les grands prêtres et le Sanhédrin tout entier cherchaient un faux témoignage contre Jésus, en vue de le faire mourir ; 60 et ils n'en trouvèrent pas, bien que des faux témoins se fussent présentés en grand nombre. Finalement il s'en présenta deux, 61 qui déclarèrent : « Cet homme a dit : Je puis détruire le Sanctuaire de Dieu et le rebâtir en trois jours. »

62 Se levant alors, le Grand Prêtre lui dit : «Tu ne réponds rien ? Qu'est-ce que ces gens attestent contre toi ? »a 63 Mais Jésus se taisait. Le Grand Prêtre lui dit : « Je t'adjure par le Dieu Vivant de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. »

64 « Tu l'as dit, lui dit Jésus. D'ailleurs je vous le déclare dorénavant, vous verrez le Fils de l'homme siégeant à droite de la Puissance et venant sur les nuées du ciel. » (Dan 7,13; Ps 110,1)

 

65 Alors le Grand Prêtre déchira ses vêtements en disant : « Il a blasphémé ! qu'avons-nous encore besoin de témoins ? Là, vous venez d'entendre le blasphème ! 66 Qu'en pensez-vous ? » Ils répondirent : « Il est passible de mort. »

 

67 Alors ils lui crachèrent au visage et le giflèrent ; d’autres le rouèrent de coups

68 en disant : « Fais-nous le prophète, ô Christ ! Qui t’a frappé ? »

chapitre 26 (suite)

 

Pierre affirme ne pas connaître Jésus

69 Cependant Pierre était assis dehors dans la cour. Une jeune servante s’approcha de lui et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus, le Galiléen ! »

70 Mais il le nia devant tout le monde et dit : « Je ne sais pas de quoi tu parles. »

71 Une autre servante le vit sortir en direction du portail et elle dit à ceux qui étaient là : « Celui-ci était avec Jésus, le Nazaréen. »

72 De nouveau, Pierre le nia en faisant ce serment : « Je ne connais pas cet homme. »

 

 

 

73 Peu après, ceux qui se tenaient là s'approchèrent et dirent à Pierre : « Sûrement, toi aussi, tu en es : et d'ailleurs ton langagef te trahit. » 74 Alors il se mit à jurer avec force imprécations : « Je ne connais pas cet homme. » Et aussitôt un coq chanta. 75 Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : « Avant que le coq chante, tu m'auras renié trois fois. » Et, sortant dehors, il pleura amèrement.

 

 

 

Chapitre 27

01 Le matin venu, tous les grands prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus pour le faire mettre à mort.

02 Après l’avoir ligoté, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate, le gouverneur.

03 Alors, en voyant que Jésus était condamné, Judas, qui l’avait livré, fut pris de remords ; il rendit les trente pièces d’argent aux grands prêtres et aux anciens.

04 Il leur dit : « J’ai péché en livrant à la mort un innocent. » Ils répliquèrent : « Que nous importe ? Cela te regarde ! »

05 Jetant alors les pièces d’argent dans le Temple, il se retira et alla se pendre.

06 Les grands prêtres ramassèrent l’argent et dirent : « Il n’est pas permis de le verser dans le trésor, puisque c’est le prix du sang. »

07 Après avoir tenu conseil, ils achetèrent avec cette somme le champ du potier pour y enterrer les étrangers.

08 Voilà pourquoi ce champ est appelé jusqu’à ce jour le Champ-du-Sang.

09 Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : Ils ramassèrent les trente pièces d’argent, le prix de celui qui fut mis à prix, le prix fixé par les fils d’Israël,

10 et ils les donnèrent pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné.

( Za 11, 12-13 et non pas Jérémie).

 

Chapitre 27 (suite)

11 Jésus fut amené en présence du gouverneur et le gouverneur l'interrogea en disant : « Tu es le Roi des Juifs ? » Jésus répliqua : « Tu le dis. » 12 Puis, tandis qu'il était accusé par les grands prêtres et les anciens, il ne répondit rien. 13 Alors Pilate lui dit : « N'entends-tu pas tout ce qu'ils attestent contre toi ? » 14 Et il ne lui répondit sur aucun point, si bien que le gouverneur était fort étonné.

 

 

15A chaque fête de la *Pâque, le gouverneur avait l’habitude de

libérer un prisonnier, celui que la foule voulait. 16Or, il y avait à ce

moment-là un prisonnier célèbre appelé Jésus Barabbas. 17*Pilate

demanda donc à la foule assemblée : « Qui voulez-vous que je vous

libère : Jésus Barabbas ou Jésus appelé *Christ ?» 18Pilate savait

bien, en effet, qu’ils lui avaient livré Jésus par jalousie.

19Pendant

que Pilate siégeait au tribunal, sa femme lui envoya ce message :

«N’aie rien à faire avec cet homme innocent car, cette nuit, j’ai

beaucoup souffert en rêve à cause de lui. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chefs des *prêtres et les *anciens persuadèrent la foule de

demander la libération de Barabbas et la mise à mort de Jésus.

21Le gouverneur reprit la parole pour leur demander: « Lequel des deux voulez-vous que je vous libère?» –«Barabbas!» lui répondirent-ils.

22«Que ferai-je donc de Jésus appelé Christ?» leur demanda Pilate.

Tous répondirent : « Cloue-le sur une croix!»– 23«Quel mal a-t-il

donc commis? » demanda Pilate. Mais ils se mirent à crier de toutes

leurs forces : « Cloue-le sur une croix!» 24Quand Pilate vit qu’il

n’arrivait à rien, mais que l’agitation augmentait, il prit de l’eau, se lava les mains devant la foule et dit: « Je ne suis pas responsable de la mort de cet homme! C’est votre affaire !» 25Toute la foule répondit

: « Que les conséquences de sa mort retombent sur nous et sur nos enfants !»

26Alors Pilate leur libéra Barabbas;

Chapitre 27 (suite)

 

Quant à Jésus, après l'avoir fait flageller, il le leur livra pour qu'il fût crucifié.

 

 

27. Alors, les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans la salle du Prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde.

28 L'ayant dévêtu, ils lui mirent une chlamyde écarlate,

 

29 puis, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et, s'agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! »

30 et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête.

 

 

31 Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre27 (suite)

 

32 En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène, et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix de Jésus.

 

 

 

33 Arrivés en un lieu dit Golgotha, c’est-à-dire : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire),

 

 

 

 

 

34 ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel ; il en goûta, mais ne voulut pas boire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

35 Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort ;

36 et ils restaient là, assis, à le garder.

 

 

37 Au-dessus de sa tête ils placèrent une inscription indiquant le motif de sa condamnation : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. »

 

 

 

 

 

 

 

8 Alors on crucifia avec lui deux bandits, l’un à droite et l’autre à gauche.

 

 

39 Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;

40 ils disaient : « Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix ! »

 

41 De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens, en disant :

42 « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! Il est roi d’Israël : qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui !

43 Il a mis sa confiance en Dieu. Que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime ! Car il a dit : “Je suis Fils de Dieu.” »

 

44 Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière.

 

45 À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure.

 

 

46Versla neuvième heure, Jésus cria avec force :

« Éli, Éli, lema sabactani? » – ce qui signifie «Mon Dieu, mon

Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné – 47Quelques-uns de ceux qui

se tenaient là l’entendirent et s’écrièrent : « Il appelle *Élie !» 48L’un

d’eux courut aussitôt prendre une éponge, la remplit de vinaigre et

la fixa au bout d’un roseau, puis il la tendit à Jésus pour qu’il boive.

49Mais les autres dirent : « Attends, nous allons voir si Élie vient le

sauver !»

50Jésus poussa de nouveau un grand cri et mourut.

 

Chapitre 27 (suite)

 

A ce moment , le rideau suspendu dans le *temple se déchira depuis le hautjusqu’en bas.

La terre trembla, les rochers se fendirent, 52les tombeaux s’ouvrirent et de nombreux croyants qui étaient morts

revinrent à la vie. 53Ils sortirent des tombeaux et, après la *résurrection de Jésus, ils entrèrent dans Jérusalem, la ville sainte, où beaucoup de personnes les virent.

 

 

54Le capitaine romain et les

soldats qui gardaient Jésus avec lui virent le tremblement de terre et tout ce qui arrivait ; ils eurent alors très peur et dirent:

« Il était vraiment le *Fils de Dieu!»

 

55De nombreuses femmes étaient là et

regardaient de loin : elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée pour

le servir.

56Parmi elles, il y avait

Marie du village de Magdala,

Marie la mère de Jacques et de Joseph,

et la mère des fils de Zébédée.

 

 

 

 

 

 

57 Le soir venu, il vint un homme riche d'Arimathie, du nom de Joseph, qui s'était fait, lui aussi, disciple de Jésus.

58 Il alla trouver Pilate et réclama le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna qu'on le lui remît.

 

59 Joseph prit donc le corps, le roula dans un linceul propre 60 et le mit dans le tombeau neuf qu'il s'était fait tailler dans le roc ; puis il roula une grande pierre à l'entrée du tombeau et s'en alla

 

 

 

 

 

 

 

61 Or il y avait là Marie de Magdala

et l'autre Marie,

assises en face du sépulcre.

 

 

 

 

Chapitre 27 (suite)

62 Le lendemain, c'est-à-dire après la Préparation, les grands prêtres et les Pharisiens se rendirent en corps chez Pilate 63 et lui dirent : « Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, de son vivant : «Après trois jours je ressusciterai ! » 64 Commande donc que le sépulcre soit tenu en sûreté jusqu'au troisième jour, pour éviter que ses disciples ne viennent le dérober et ne disent au peuple : « Il est ressuscité des morts ! » Cette dernière imposture serait pire que la première. »

 

65 Pilate leur répondit : « Vous avez une garde ; allez et prenez vos sûretés comme vous l'entendez. »

 

66 Ils allèrent donc et s'assurèrent du sépulcre, en scellant la pierre et en postant une garde.

 

 

 

Suite: les manifestations de Jésus après sa mise au tombeau

Chapitre 28

 

 

Passion selon MARC

 

 

 

( La majeure partie du récit est commune à Marc et à Matthieu.

 

 

Chapitre 14

 

 

01 La fête de la Pâque et des pains sans levain allait avoir lieu deux jours après.

 

 

Les grands prêtres et les scribes cherchaient comment arrêter Jésus par ruse, pour le faire mourir.

 

 

02 Car ils se disaient : « Pas en pleine fête, pour éviter des troubles dans le peuple. »

 

 

 

 

03 Jésus se trouvait à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux. Pendant qu’il était à table, une femme entra, avec un flacon d’albâtre contenant un parfum très pur et de grande valeur. Brisant le flacon, elle lui versa le parfum sur la tête.

04 Or, de leur côté, quelques-uns s’indignaient : « À quoi bon gaspiller ce parfum ?

05 On aurait pu, en effet, le vendre pour plus de trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données aux pauvres. » Et ils la rudoyaient.

06 Mais Jésus leur dit :

« Laissez-la ! Pourquoi la tourmenter ? Il est beau, le geste qu’elle a fait envers moi.

07 Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.

08 Ce qu’elle pouvait faire, elle l’a fait. D’avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement.

09 Amen, je vous le dis : partout où l’Évangile sera proclamé – dans le monde entier –, on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire. »

 

10 Judas Iscariote, l’un des Douze, alla trouver les grands prêtres pour leur livrer Jésus.

11 À cette nouvelle, ils se réjouirent et promirent de lui donner de l’argent. Et Judas cherchait comment le livrer au moment favorable.

 

 

 

Chapitre 14 (suite)

12 Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? »

13 Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le,

14 et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?”

15 Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. »

16 Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque.

 

17 Le soir venu, Jésus arrive avec les Douze.

18 Pendant qu’ils étaient à table et mangeaient, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous, qui mange avec moi, va me livrer. »

19 Ils devinrent tout tristes et, l’un après l’autre, ils lui demandaient : « Serait-ce moi ? »

20 Il leur dit : « C’est l’un des Douze, celui qui est en train de se servir avec moi dans le plat.

21 Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »

22 Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. »

 

 

23 Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous.

24 Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude.

25 Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

 

27 Jésus leur dit : « Vous allez tous être exposés à tomber, car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées.

28 Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29 Pierre lui dit alors : « Même si tous viennent à tomber, moi, je ne tomberai pas. »

30 Jésus lui répond : « Amen, je te le dis : toi, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois. »

31 Mais lui reprenait de plus belle : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » Et tous en disaient autant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 14 (suite)

 

32 Ils parviennent à un domaine appelé Gethsémani. Jésus dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. »

33 Puis il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean, et commence à ressentir frayeur et angoisse.

34 Il leur dit : « Mon âme est triste à mourir. Restez ici et veillez. »

35 Allant un peu plus loin, il tombait à terre et priait pour que, s’il était possible, cette heure s’éloigne de lui.

36 Il disait : « Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux ! »

37 Puis il revient et trouve les disciples endormis. Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la force de veiller seulement une heure ?

38 Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »

39 De nouveau, il s’éloigna et pria, en répétant les mêmes paroles.

40 Et de nouveau, il vint près des disciples qu’il trouva endormis, car leurs yeux étaient alourdis de sommeil. Et eux ne savaient que lui répondre.

41 Une troisième fois, il revient et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer.

 

C’est fait ; l’heure est venue : voici que le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

42 Levez-vous ! Allons ! Voici qu’il est proche, celui qui me livre. »

 

 

43 Jésus parlait encore quand Judas, l’un des Douze, arriva et avec lui une foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres, les scribes et les anciens.

44 Or, celui qui le livrait leur avait donné un signe convenu : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le, et emmenez-le sous bonne garde. »

45 À peine arrivé, Judas, s’approchant de Jésus, lui dit : « Rabbi ! » Et il l’embrassa.

46 Les autres mirent la main sur lui et l’arrêtèrent.

 

 

 

 

 

 

Chapitre 14 (suite)

 

47 Or un de ceux qui étaient là tira son épée, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille.

48 Alors Jésus leur déclara : «Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ?

49 Chaque jour, j’étais auprès de vous dans le Temple en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. Mais c’est pour que les Écritures s’accomplissent.

 

 

 

 

 

50 Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous.

51 Or, un jeune homme suivait Jésus ; il n’avait pour tout vêtement qu’un drap. On essaya de l’arrêter.

52 Mais lui, lâchant le drap, s’enfuit tout nu.

Chapitre 14 (suite)

53 Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre. Ils se rassemblèrent tous, les grands prêtres, les anciens et les scribes.

54 Pierre avait suivi Jésus à distance, jusqu’à l’intérieur du palais du grand prêtre, et là, assis avec les gardes, il se chauffait près du feu.

55 Les grands prêtres et tout le Conseil suprême cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mettre à mort, et ils n’en trouvaient pas.

.

56 De fait, beaucoup portaient de faux témoignages contre Jésus, et ces témoignages ne concordaient pas.

57 Quelques-uns se levèrent pour porter contre lui ce faux témoignage :

58 « Nous l’avons entendu dire : “Je détruirai ce sanctuaire fait de main d’homme, et en trois jours j’en rebâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme.” »

59 Et même sur ce point, leurs témoignages n’étaient pas concordants.

60 Alors s’étant levé, le grand prêtre, devant tous, interrogea Jésus : « Tu ne réponds rien ? Que dis-tu des témoignages qu’ils portent contre toi ? »

61 Mais lui gardait le silence et ne répondait rien. Le grand prêtre l’interrogea de nouveau : « Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? »

62 Jésus lui dit : « Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme siéger à la droite du Tout-Puissant, et venir parmi les nuées du ciel. »

63 Alors, le grand prêtre déchire ses vêtements et dit : « Pourquoi nous faut-il encore des témoins ?

64 Vous avez entendu le blasphème. Qu’en pensez-vous ? » Tous prononcèrent qu’il méritait la mort.

65 Quelques-uns se mirent à cracher sur lui, couvrirent son visage d’un voile, et le giflèrent, en disant : « Fais le prophète ! » Et les gardes lui donnèrent des coups.

chapitre 14 (suite)

66 Comme Pierre était en bas, dans la cour, arrive une des jeunes servantes du grand prêtre.

67 Elle voit Pierre qui se chauffe, le dévisage et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! »

68 Pierre le nia : « Je ne sais pas, je ne comprends pas de quoi tu parles. » Puis il sortit dans le vestibule, au dehors. Alors un coq chanta.

69 La servante, ayant vu Pierre, se mit de nouveau à dire à ceux qui se trouvaient là : « Celui-ci est l’un d’entre eux ! »

70 De nouveau, Pierre le niait. Peu après, ceux qui se trouvaient là lui disaient à leur tour : « Sûrement tu es l’un d’entre eux ! D’ailleurs, tu es Galiléen. »

71 Alors il se mit à protester violemment et à jurer : « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. »

72 Et aussitôt, pour la seconde fois, un coq chanta. Alors Pierre se rappela cette parole que Jésus lui avait dite : « Avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois. » Et il fondit en larmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 15

 

01 Dès le matin, les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes, et tout le Conseil suprême.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, après avoir ligoté Jésus, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.

 

 

 

02 Celui-ci l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui le dis. »

03 Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.

04 Pilate lui demanda à nouveau : « Tu ne réponds rien ? Vois toutes les accusations qu’ils portent contre toi. »

05 Mais Jésus ne répondit plus rien, si bien que Pilate fut étonné.

06 À chaque fête, il leur relâchait un prisonnier, celui qu’ils demandaient.

 

 

 

07 Or, il y avait en prison un dénommé Barabbas, arrêté avec des émeutiers pour un meurtre qu’ils avaient commis lors de l’émeute.

08 La foule monta donc chez Pilate, et se mit à demander ce qu’il leur accordait d’habitude.

09 Pilate leur répondit : « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »

 

 

 

 

10 Il se rendait bien compte que c’était par jalousie que les grands prêtres l’avaient livré.

11 Ces derniers soulevèrent la foule pour qu’il leur relâche plutôt Barabbas.

 

 

 

12 Et comme Pilate reprenait : « Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ? »,

13 de nouveau ils crièrent : « Crucifie-le ! »

 

 

14 Pilate leur disait :

« Qu’a-t-il donc fait de mal ? »

Mais ils crièrent encore plus fort : « Crucifie-le ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapitre 15 suite

Pilate, voulant contenter la foule, relâcha Barabbas et,

après avoir fait flageller Jésus,

il le livra pour qu’il soit crucifié.

 

 

 

16 Les soldats l’emmenèrent à l’intérieur du palais, c’est-à-dire dans le Prétoire. Alors ils rassemblent toute la garde,

 

17 ils le revêtent de pourpre, et lui posent sur la tête une couronne d’épines qu’ils ont tressée.

18 Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant : « Salut, roi des Juifs ! »

 

19 Ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui, et s’agenouillaient pour lui rendre hommage.

 

 

 

20 Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau de pourpre, et lui remirent ses vêtements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 15 (suite)

 

Puis, de là, ils l’emmènent pour le crucifier,

21 et ils réquisitionnent, pour porter sa croix, un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait des champs.

 

 

 

 

22 Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).

 

 

23 Ils lui donnaient du vin aromatisé de myrrhe ; mais il n’en prit pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24 Alors ils le crucifient, puis se partagent ses vêtements, en tirant au sort pour savoir la part de chacun.

25 C’était la troisième heure (c’est-à-dire : neuf heures du matin) lorsqu’on le crucifia.

 

26 L’inscription indiquant le motif de sa condamnation portait ces mots : « Le roi des Juifs ».

27 Avec lui ils crucifient deux bandits, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.

 

 

29 Les passants l’injuriaient en hochant la tête : ils disaient : « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,

30 sauve-toi toi-même, descends de la croix ! »

31 De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes, en disant entre eux : « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même !

32 Qu’il descende maintenant de la croix, le Christ, le roi d’Israël ; alors nous verrons et nous croirons. » Même ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

33 Quand arriva la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure.

 

 

34 Et à la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : « Éloï, Éloï, lema sabactani ? », ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

35 L’ayant entendu, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : « Voilà qu’il appelle le prophète Élie ! »

36 L’un d’eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée, il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire, en disant : « Attendez ! Nous verrons bien si Élie vient le descendre de là ! »

37 Mais Jésus, poussant un grand cri, expira.

 

 

 

 

 

38 Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

39 Le centurion qui était là en face de Jésus, voyant comment il avait expiré, déclara : «Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

 

 

 

 

 

40 Il y avait aussi des femmes, qui observaient de loin, et parmi elles,

Madeleine,

Marie, mère de Jacques le Petit et de José,

et Salomé,

41 qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée, et encore beaucoup d’autres, qui étaient montées avec lui à Jérusalem.

Déjà il se faisait tard ; or, comme c’était le jour de la Préparation, qui précède le sabbat,

Chapitre 15 (suite)

43 Joseph d’Arimathie intervint. C’était un homme influent, membre du Conseil, et il attendait lui aussi le règne de Dieu. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus.

 

44 Pilate s’étonna qu’il soit déjà mort ; il fit appeler le centurion, et l’interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps.

45 Sur le rapport du centurion, il permit à Joseph de prendre le corps.

 

46 Alors Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul et le déposa dans un tombeau qui était creusé dans le roc. Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.

 

47 Or, Marie Madeleine et Marie, mère de José, observaient l’endroit où on l’avait mis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite: les manifestations de Jésus après sa mise au tombeau

Chapitre 16

Passion selon LUC,

 

La majeure partie du récit de LUC est commune à Matthieu et à Marc

sauf les particularités ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Luc ne parle pas de l'onction à Béthanie à la veille de la Passion. Par contre, il parle d'un repas de Jésus chez un Pharisien avec la présence d'une femme pécheresse

(Luc 7,36-48)

Chapitre 7

36 Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.

37 Survint une femme de la ville, une pécheresse. Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien, elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.

38 Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et répandait sur eux le parfum.

39 En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »

40 Jésus, prenant la parole, lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. »

41 Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante.

42 Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’aimera davantage ? »

43 Simon répondit : « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce de la plus grande dette. – Tu as raison », lui dit Jésus.

44 Il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux.

45 Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.

46 Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ; elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.

47 Voilà pourquoi je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »

48 Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »

49 Les convives se mirent à dire en eux-mêmes : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »

50 Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 22,

14

Récit de l'institution de l'Eucharistie

22, 15-18

 

 

 

7Le jour arriva, pendant la fête des *pains sans levain, où l’on

devait *sacrifier les agneaux pour le repas de la *Pâque. 8Jésus

envoya alors Pierre et Jean en avant avec l’ordre suivant : « Allez

nous préparer le repas de la Pâque. » 9Ils lui demandèrent : «Où

veux-tu que nous le préparions ?» 10Il leur dit : « Écoutez : au

moment où vous arriverez en ville, vous rencontrerez un homme qui

porte une cruche d’eau. Suivez-le dans la maison où il entrera 11et

dites au propriétaire de la maison : “Le *Maître te demande : Où est

la pièce où je prendrai le repas de la Pâque avec mes *disciples ?”

12Et il vous montrera, en haut de la maison, une grande chambre

avec tout ce qui est nécessaire. C’est là que vous préparerez le

repas. » 13Ils s’en allèrent, trouvèrent tout comme Jésus le leur avait

dit et préparèrent le repas de la Pâque.

 

 

La sainte cène

(Voir aussi Matt 26.26-30 ; Marc 14.22-26 ; 1 Cor 11.23-25)

14Quand *l’heure fut venue, Jésus se mit à table avec les

*apôtres. 15Il leur dit : « Combien j’ai désiré prendre ce repas de la

*Pâque avec vous avant de souffrir ! 16Car, je vous le déclare, je ne

le prendrai plus jusqu’à ce que son sens soit pleinement réalisé dans

le *Royaume de Dieu. » 17Il saisit alors une coupe, remercia Dieu et

dit : « Prenez cette coupe et partagez-en le contenu entre vous ; 18car,

je vous le déclare, dès maintenant je ne boirai plus de vin jusqu’à ce

que vienne le Royaume de Dieu. »

 

19Puis il prit du pain et, après

avoir remercié Dieu, il le rompit et le leur donna en disant : « Ceci

est mon corps qui est donné pour vous. Faites ceci en mémoire de

moi. » 20Il leur donna de même la coupe, après le repas, en disant :

« Cette coupe est la nouvelle *alliance de Dieu, garantie par mon

sang qui est versé pour vous. 21Mais regardez : celui qui me trahit

est ici, à table avec moi ! 22Certes, le *Fils de l’homme va mourir

suivant le plan de Dieu ; mais quel malheur pour celui qui le trahit !»

 

Les prétentions !

 

 

23Ils se mirent alors à se demander les uns aux autres qui était celui

d’entre eux qui allait faire cela.

Qui est le plus important ?

24Les *disciples se mirent à discuter vivement pour savoir

lequel d’entre eux devait être considéré comme le plus important.

 

25Jésus leur dit : « Les rois des nations leur commandent et ceux qui exercent le pouvoir sur elles se font appeler “Bienfaiteurs”. 26Mais

il n’en va pas ainsi pour vous. Au contraire, le plus important parmi

vous doit être comme le plus jeune, et celui qui commande doit être

comme celui qui sert. 27Car qui est le plus important, celui qui est à

table ou celui qui sert ? Celui qui est à table, n’est-ce pas ? Eh bien,

moi je suis parmi vous comme celui qui sert ! 28Vous êtes demeurés

continuellement avec moi dans mes épreuves ; 29et de même que le

Père a disposé du *Royaume en ma faveur, de même j’en dispose

pour vous : 30vous mangerez et boirez à ma table dans mon

Royaume, et vous siégerez sur des trônes pour juger les *douze

tribus *d’Israël. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapitre 22 (suite)

Jésus annonce que Pierre le reniera

(Voir aussi Matt 26.31-35 ; Marc 14.27-31 ; Jean 13.36-38)

31« Simon, Simon ! Écoute : *Satan a demandé de pouvoir vous

passer tous au crible comme on le fait pour purifier le grain. 32Mais

j’ai prié pour toi, afin que la *foi ne vienne pas à te manquer. Et

quand tu seras revenu à moi, fortifie tes frères. » 33Pierre lui dit :

« Seigneur, je suis prêt à aller en prison avec toi et à mourir avec

toi. » 34Jésus lui répondit : « Je te le déclare, Pierre, le coq n’aura pas

encore chanté aujourd’hui que tu auras déjà prétendu trois fois ne

pas me connaître. »

 

35 Puis il leur dit : « Quand je vous ai envoyés sans bourse, ni sac, ni sandales, avez-vous donc manqué de quelque chose ? »

36 Ils lui répondirent : « Non, de rien. » Jésus leur dit : « Eh bien maintenant, celui qui a une bourse, qu’il la prenne, de même celui qui a un sac ; et celui qui n’a pas d’épée, qu’il vende son manteau pour en acheter une.

37 Car, je vous le déclare : il faut que s’accomplisse en moi ce texte de l’Écriture : Il a été compté avec les impies. De fait, ce qui me concerne va trouver son accomplissement. »

38 Ils lui dirent : « Seigneur, voici deux épées. » Il leur répondit : « Cela suffit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 22 (suite)

39 Jésus sortit pour se rendre, selon son habitude, au mont des Oliviers, et ses disciples le suivirent.

40 Arrivé en ce lieu, il leur dit : « Priez, pour ne pas entrer en tentation. »

41 Puis il s’écarta à la distance d’un jet de pierre environ. S’étant mis à genoux, il priait en disant :

42 « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne. »

43 Alors, du ciel, lui apparut un ange qui le réconfortait.

44 Entré en agonie, Jésus priait avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient sur la terre.

 

 

 

 

 

45 Puis Jésus se releva de sa prière et rejoignit ses disciples qu’il trouva endormis, accablés de tristesse.

46 Il leur dit : « Pourquoi dormez-vous ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapitre 22 (suite)

Il parlait encore, quand parut une foule de gens. Celui qui s’appelait Judas, l’un des Douze, marchait à leur tête. Il s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser.

48 Jésus lui dit : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ? »

 

49 Voyant ce qui allait se passer, ceux qui entouraient Jésus lui dirent : « Seigneur, et si nous frappions avec l’épée ? »

50 L’un d’eux frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille droite.

51 Mais Jésus dit : « Restez-en là ! » Et, touchant l’oreille de l’homme, il le guérit.

 

52 Jésus dit alors à ceux qui étaient venus l’arrêter, grands prêtres, chefs des gardes du Temple et anciens : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus avec des épées et des bâtons ?

53 Chaque jour, j’étais avec vous dans le Temple, et vous n’avez pas porté la main sur moi. Mais c’est maintenant votre heure et le pouvoir des ténèbres. »

 

 

 

 

54 S’étant saisis de Jésus, ils l’emmenèrent et le firent entrer dans la résidence du grand prêtre. Pierre suivait à distance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 22 (suite)

54Ils se saisirent alors de Jésus, l’emmenèrent et le conduisirent

dans la maison du *grand-prêtre. Pierre suivait de loin. 55On avait

fait du feu au milieu de la cour et Pierre prit place parmi ceux qui

étaient assis autour. 56Une servante le vit assis près du feu ; elle le

fixa du regard et dit : « Cet homme aussi était avec lui !» 57Mais

Pierre le nia en lui déclarant : « Je ne le connais pas. » 58Peu après,

quelqu’un d’autre le vit et dit : «Toi aussi, tu es l’un d’eux !» Mais

Pierre répondit à cet homme : « Non, je n’en suis pas. » 59Environ

une heure plus tard, un autre encore affirma avec force : « Certainement,

cet homme était avec lui, car il est de Galilée. » 60Mais Pierre

répondit : « Je ne sais pas ce que tu veux dire, toi. » Au moment

même où il parlait un coq chanta. 61Le Seigneur se retourna et

regarda fixement Pierre. Alors Pierre se souvint de ce que le Seigneur

lui avait dit : «Avant que le coq chante aujourd’hui, tu auras

prétendu trois fois ne pas me connaître. » 62Pierre sortit et pleura

amèrement.

63 Les hommes qui gardaient Jésus se moquaient de lui et le rouaient de coups.

64 Ils lui avaient voilé le visage, et ils l’interrogeaient : « Fais le prophète !

Qui est-ce qui t’a frappé ? »

65 Et ils proféraient contre lui beaucoup d’autres blasphèmes.

 

chapitre 22 (suite)

66Quand il fit jour, les *anciens du peuple *juif, les chefs des

*prêtres et les *maîtres de la loi s’assemblèrent. Ils firent amener

Jésus devant leur *Conseil supérieur 67et lui demandèrent : «Es-tu

le *Christ ? Dis-le-nous. » Il leur répondit : « Si je vous le dis, vous

ne me croirez pas, 68et si je vous pose une question, vous ne me

répondrez pas. 69Mais dès maintenant le *Fils de l’homme siégera

à la droite du Dieu puissant. »

 

70Tous s’exclamèrent : «Tu es donc le

*Fils de Dieu ?» Il leur répondit : «Vous le dites : je le suis. »

71Alors

ils ajoutèrent : « Nous n’avons plus besoin de témoins ! Nous avons

nous-mêmes entendu ses propres paroles !»

 

 

 

 

 

 

Actes chapitre 1

à ropos de JUDAS

(Voir Actes des Apôtres, 1, 15-22)

15Un de ces jours-là, les croyants réunis étaient au nombre

d’environ cent vingt. Pierre se leva au milieu d’eux et leur dit :

16« Frères, il fallait que se réalise ce que le Saint-Esprit a annoncé

dans l’Écriture : s’exprimant par l’intermédiaire de *David, il y a

parlé d’avance de Judas, devenu le guide de ceux qui arrêtèrent

Jésus. 17Judas était l’un d’entre nous et il avait reçu sa part de notre

mission. 18–Avec l’argent qu’on lui paya pour son crime, cet

homme s’acheta un champ ; il y tomba la tête la première, son corps

éclata par le milieu et tous ses intestins se répandirent. 19Les

habitants de Jérusalem ont appris ce fait, de sorte qu’ils ont appelé

ce champ, dans leur langue, “Hakeldama”, c’est-à-dire “champ du

sang”. – 20Or, voici ce qui est écrit dans le livre des Psaumes :

“Que sa maison soit abandonnée,

et que personne n’y habite.”

Et il est encore écrit :

“Qu’un autre prenne ses fonctions.”

21-22Il faut donc qu’un homme se joigne à nous pour témoigner de

la *résurrection du Seigneur Jésus. Cet homme doit être l’un de

ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus

a parcouru le pays avec nous, à partir du moment où *Jean l’a

baptisé jusqu’au jour où il nous a été enlevé pour aller au *ciel. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 23

Luc 23,

01 L’assemblée tout entière se leva, et on l’emmena chez Pilate.

02 On se mit alors à l’accuser : « Nous avons trouvé cet homme en train de semer le trouble dans notre nation : il empêche de payer l’impôt à l’empereur, et il dit qu’il est le Christ, le Roi. »

03 Pilate l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui le dis. »

 

04 Pilate s’adressa aux grands prêtres et aux foules : « Je ne trouve chez cet homme aucun motif de condamnation. »

05 Mais ils insistaient avec force : « Il soulève le peuple en enseignant dans toute la Judée ; après avoir commencé en Galilée, il est venu jusqu’ici. »

 

 

 

06 À ces mots, Pilate demanda si l’homme était Galiléen.

07 Apprenant qu’il relevait de l’autorité d’Hérode, il le renvoya devant ce dernier, qui se trouvait lui aussi à Jérusalem en ces jours-là.

08 À la vue de Jésus, Hérode éprouva une joie extrême : en effet, depuis longtemps il désirait le voir à cause de ce qu’il entendait dire de lui, et il espérait lui voir faire un miracle.

09 Il lui posa bon nombre de questions, mais Jésus ne lui répondit rien.

 

10 Les grands prêtres et les scribes étaient là, et ils l’accusaient avec véhémence.

11 Hérode, ainsi que ses soldats, le traita avec mépris et se moqua de lui : il le revêtit d’un manteau de couleur éclatante et le renvoya à Pilate.

12 Ce jour-là, Hérode et Pilate devinrent des amis, alors qu’auparavant il y avait de l’hostilité entre eux.

 

 

13 Alors Pilate convoqua les grands prêtres, les chefs et le peuple.

14 Il leur dit : « Vous m’avez amené cet homme en l’accusant d’introduire la subversion dans le peuple. Or, j’ai moi-même instruit l’affaire devant vous et, parmi les faits dont vous l’accusez, je n’ai trouvé chez cet homme aucun motif de condamnation.

15 D’ailleurs, Hérode non plus, puisqu’il nous l’a renvoyé. En somme, cet homme n’a rien fait qui mérite la mort.

16 Je vais donc le relâcher après lui avoir fait donner une correction. »

 

18 Ils se mirent à crier tous ensemble : « Mort à cet homme ! Relâche-nous Barabbas. »

19 Ce Barabbas avait été jeté en prison pour une émeute survenue dans la ville, et pour meurtre.

 

20 Pilate, dans son désir de relâcher Jésus, leur adressa de nouveau la parole.

21 Mais ils vociféraient :

« Crucifie-le ! Crucifie-le ! »

22 Pour la troisième fois, il leur dit :

« Quel mal a donc fait cet homme ? Je n’ai trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort. Je vais donc le relâcher après lui avoir fait donner une correction. »

23 Mais ils insistaient à grands cris, réclamant qu’il soit crucifié ; et leurs cris s’amplifiaient.

 

 

24 Alors Pilate décida de satisfaire leur requête.

25 Il relâcha celui qu’ils réclamaient, le prisonnier condamné pour émeute et pour meurtre,

et il livra Jésus à leur bon plaisir.

 

 

 

 

 

Luc 23,25 ne parle pas explicitement de la flagellation.

Il dit seulement: "Quant à Jésus, il le livra à leur volonté"

 

 

 

Luc ne mentionne pas non plus le couronnement d'épines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 23 (suite)

Sur le chemin de la croix

(Voir aussi Matt 27.32-44 ; Marc 15.21-32 ; Jean 19.17-27)

26Tandis qu’ils emmenaient Jésus, ils rencontrèrent Simon, un

homme de Cyrène, qui revenait des champs. Les soldats se saisirent

de lui et le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus.

27Une grande foule de gens du peuple le suivait, ainsi que des

femmes qui pleuraient et se lamentaient à cause de lui. 28Jésus se

tourna vers elles et dit : « Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas à

mon sujet ! Pleurez plutôt pour vous et pour vos enfants ! 29Car le

moment approche où l’on dira : “Heureuses celles qui ne peuvent

pas avoir d’enfant, qui n’en ont jamais mis au monde et qui n’en ont

jamais allaité !” 30Alors les gens se mettront à dire aux montagnes :

“Tombez sur nous !” et aux collines : “Cachez-nous !” 31Car si l’on

traite ainsi le bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?»

 

 

Luc, 23, 32

On emmenait aussi deux autres hommes, des malfaiteurs,

pour les mettre à mort avec Jésus. 33Lorsqu’ils arrivèrent à l’endroit

appelé « Le Crâne », les soldats clouèrent Jésus sur la croix à cet

endroit-là et mirent aussi les deux malfaiteurs en croix, l’un à sa

droite et l’autre à sa gauche.

 

34Jésus dit alors :

« Père, pardonne-leur,

car ils ne savent pas ce qu’ils font. »

 

Ils partagèrent ses vêtements

entre eux en les tirant au sort.

 

 

35Le peuple se tenait là et regardait.

Les chefs *juifs se moquaient de lui en disant : « Il a sauvé d’autres

gens ; qu’il se sauve lui-même, s’il est le *Messie, celui que Dieu a

choisi !»

36Les soldats aussi se moquèrent de lui ; ils s’approchèrent,

lui présentèrent du vinaigre 37et dirent : « Si tu es le roi des Juifs,

sauve-toi toi-même ! »

 

 

 

38Au-dessus de lui, il y avait cette inscription

: « Celui-ci est le roi des Juifs. »

 

39L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’insultait en disant :

«N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même et nous avec toi !»

40Mais l’autre lui fit des reproches et lui dit : « Ne crains-tu pas

Dieu, toi qui subis la même punition ? 41Pour nous, cette punition

est juste, car nous recevons ce que nous avons mérité par nos actes ;

mais lui n’a rien fait de mal. » 42Puis il ajouta : «Jésus, souviens-toi

de moi quand tu viendras pour être roi. » 43Jésus lui répondit : « Je

te le déclare, c’est la vérité : aujourd’hui tu seras avec moi dans le

paradis. »

 

 

 

 

44-45Il était environ midi quand le soleil cessa de briller : l’obscurité

se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’aprèsmidi.

 

 

Le rideau suspendu dans le *temple se déchira par le milieu.

 

 

 

46Jésus s’écria d’une voix forte :

« Père, je remets mon esprit

entre tes mains. »

 

 

 

 

 

 

Après avoir dit ces mots, il mourut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 23 (suite)

 

47Le capitaine

romain vit ce qui était arrivé ; il loua Dieu et dit :

 

« Certainement cet

homme était innocent !»

 

48Tous ceux qui étaient venus, en foule,

assister à ce spectacle virent ce qui était arrivé. Alors ils s’en retournèrent

en se frappant la poitrine de tristesse.

 

 

 

 

 

 

 

49Tous les amis de

Jésus, ainsi que les femmes qui l’avaient accompagné depuis la

Galilée, se tenaient à distance pour regarder ce qui se passait.

 

 

 

Chapitre 23 (suite)

50 Alors arriva un membre du Conseil, nommé Joseph ; c’était un homme bon et juste,

 

51 qui n’avait donné son accord ni à leur délibération, ni à leurs actes. Il était d’Arimathie, ville de Judée, et il attendait le règne de Dieu.

 

52 Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus.

 

53 Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul et le mit dans un tombeau taillé dans le roc, où personne encore n’avait été déposé.

 

54 C’était le jour de la Préparation de la fête, et déjà brillaient les lumières du sabbat.

 

55 Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé.

 

56 Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite: les manifestations de Jésus après sa mise au tombeau

Chapitre 24

recits resurrection

Passion selon JEAN,

 

Chapitre 11

(après la résurrection de Lazare)

45 Beaucoup d'entre les Juifs qui étaient venus auprès de Marie et avaient vu ce qu'il avait fait, crurent en lui. 46 Mais certains s'en furent trouver les Pharisiens et leur dirent ce qu'avait fait Jésus.

47 Les grands prêtres et les Pharisiens réunirent alors un conseil : « Que faisons-nous ? disaient-ils, cet homme fait beaucoup de signes. 48 Si nous le laissons ainsi, tous croiront en lui, et les Romains viendront et ils supprimeront notre Lieu saint et notre nation. »

49 Mais l'un d'entre eux, Caïphe, étant grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n'y entendez rien. 50 Vous ne songez même pas qu'il est de votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple et que la nation ne périsse pas tout entière. »

51 Or cela, il ne le dit pas de lui-même ; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation – 52 et non pas pour la nation seulement, mais encore afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés. 53 Dès ce jour-là donc, ils résolurent de le tuer.

 

54 Aussi Jésus cessa de circuler en public parmi les Juifs ; il se retira dans la région voisine du désert, dans une ville appelée Éphraïm, et il y séjournait avec ses disciples.

 

 

55 Or la Pâque des Juifs était proche et beaucoup de gens montèrent de la campagne à Jérusalem, avant la Pâque, pour se purifier. 56 Ils cherchaient Jésus et se disaient les uns aux autres, en se tenant dans le Temple : « Qu'en pensez-vous ? qu'il ne viendra pas à la fête ? » 57 Les grands prêtres et les Pharisiens avaient donné des ordres : si quelqu'un savait où il était, il devait l'indiquer, afin qu'on le saisît.

 

 

Chapitre 12

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que Jésus avait ressuscité d'entre les morts. 2 On lui fit là un repas. Marthe servait. Lazare était l'un des convives. 3 Alors Marie, prenant une livre d'un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux ; et la maison s'emplit de la senteur du parfum.

4 Mais Judas l'Iscariote, l'un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit : 5 « Pourquoi ce parfum n'a-t-il pas été vendu trois cents deniers qu'on aurait donnés à des pauvres ? » 6 Mais il dit cela non par souci des pauvres, mais parce qu'il était voleur et que, tenant la bourse, il dérobait ce qu'on y mettait.

7 Jésus dit alors : « Laisse-la : c'est pour le jour de ma sépulture qu'elle devait garder ce parfum. 8 Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m'aurez pas toujours. »

9 La grande foule des Juifs apprit qu'il était là et ils vinrent, pas seulement pour Jésus, mais aussi pour voir Lazare, qu'il avait ressuscité d'entre les morts. 10 Les grands prêtres décidèrent de tuer aussi Lazare, 11 parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s'en allaient et croyaient en Jésus.

 

 

12 Le lendemain, la foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; 13 ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient :« Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur et le roi d'Israël ! »x 14 Jésus, trouvant un petit âne, s'assit dessus selon qu'il est écrit :15 Sois sans crainte, fille de Sion : voici que ton roi vient, monté sur un petit d'ânesse. 16 Cela, ses disciples ne le comprirent pas tout d'abord ; mais quand Jésus eut été glorifié, alors ils se souvinrent que cela était écrit de lui et que c'était ce qu'on lui avait fait. 17 La foule qui était avec lui, quand il avait appelé Lazare hors du tombeau et l'avait ressuscité d'entre les morts, rendait témoignage. 18 C'est aussi pourquoi la foule vint à sa rencontre : parce qu'ils avaient entendu dire qu'il avait fait ce signe. 19 Alors les Pharisiens se dirent entre eux : « Vous voyez que vous ne gagnez rien ; voilà le monde parti après lui ! »

 

 

20 Il y avait là quelques Grecs, de ceux qui montaient pour adorer pendant la fête. 21 Ils s'avancèrent vers Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et ils lui firent cette demande : « Seigneur, nous voulons voir Jésus. » 22 Philippe vient le dire à André ; André et Philippe viennent le dire à Jésus. 23 Jésus leur répond :« Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'homme.

24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.

25 Qui aime sa vie la perd ; et qui hait sa vie en ce monde la conservera en vie éternelle.

26 Si quelqu'un me sert, qu'il me suive, et où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera.

27 Maintenant mon âme est troublée. Et que dire ? Père, sauve-moi de cette heure ! Mais c'est pour cela que je suis venu à cette heure.

28 Père, glorifie ton Nom ! »Du ciel vint alors une voix : « Je l'ai glorifié et de nouveau je le glorifierai. »

29 La foule qui se tenait là et qui avait entendu, disait qu'il y avait eu un coup 
de tonnerre ; d'autres disaient : « Un ange lui a parlé. » 30 Jésus reprit : « Ce n'est pas pour moi qu'il y a eu cette voix, mais pour vous.

31 C'est maintenant le jugement de ce monde ; maintenant le Prince de ce monde va être jeté bas 32 et moi, une fois élevé de terre, je les attirerai tous à moi. » 33 Il signifiait par là de quelle mort il allait mourir.

 

34 La foule alors lui répondit : « Nous avons appris de la Loi que le Christ demeure à jamais. Comment peux-tu dire : « Il faut que soit élevé le Fils de l'homme » ? Qui est ce Fils de l'homme ? » 35 Jésus leur dit : « Pour peu de temps encore la lumière est parmi vous. Marchez tant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous saisissent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va. 36 Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin de devenir des fils de lumière. »

Ainsi parla Jésus, et s'en allant il se cacha loin d'eux.

 

 

(CONCLUSION sur LE MANQUE DE FOI)

37 Bien qu'il eût fait tant de signes devant eux, ils ne croyaient pas en lui, 38 afin que s'accomplît la parole dite par Isaïe le prophète :Seigneur, qui a cru à notre parole ? Et le bras du Seigneur, à qui a-t-il été révélé ? 39 Aussi bien ne pouvaient-ils croire, car Isaïe a dit encore : 40 Il a aveuglé leurs yeux et il a endurci leur coeur, pour que leurs yeux ne voient pas, que leur coeur ne comprenne pas, qu'ils ne se convertissent pas et que je ne les guérisse pas. 41 Isaïe a dit cela, parce qu'il eut la vision de sa gloire et qu'il parla de lui. 42 Toutefois, il est vrai, même parmi les notables, un bon nombre crurent en lui, mais à cause des Pharisiens ils ne se déclaraient pas, de peur d'être exclus de la synagogue, 43 car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu.

44 Jésus s'écria et dit :« Qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit mais en celui qui m'a envoyé, 45 et qui me voit voit celui qui m'a envoyé. 46 Moi, lumière, je suis venu dans le monde, pour que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

47 Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde pas, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde.

48 Qui me rejette et n'accueille pas mes paroles a son juge : la parole que j'ai fait entendre, c'est elle qui le jugera au dernier jour ;49 car ce n'est pas de moi-même que j'ai parlé, mais le Père qui m'a envoyé m'a lui-même commandé que dire et de quoi parler ;50 et je sais que son commandement est vie éternelle. Ainsi donc ce dont je parle, tel que le Père me l'a dit j'en parle. »

 

Chapitre 13

 

Le repas d'adieux au Cénacle

Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'à la fin.

2 Au cours d'un repas, alors que déjà le diable avait mis au coeur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, 3 sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains et qu'il était venu de Dieu et qu'il s'en allait vers Dieu,

4 il se lève de table, dépose ses vêtements, et prenant un linge, il s'en ceignit.

5 Puis il met de l'eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

6 Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « Seigneur, toi, me laver les pieds ? »

7 Jésus lui répondit : « Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras. » 8 Pierre lui dit : « Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n'as pas de part avec moi. »u 9 Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » 10 Jésus lui dit : « Qui s'est baigné n'a pas besoin de se laver ;v il est pur tout entier. Vous aussi, vous êtes purs ;x mais pas tous. » 11 Il connaissait en effet celui qui le livrait ; voilà pourquoi il dit : « Vous n'êtes pas tous purs. »

 

12 Quand donc il leur eut lavé les pieds, qu'il eut repris ses vêtements et se fut remis à table, il leur dit : « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? 13 Vous m'appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. 14 Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. 15 Car c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous.

16 En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son maître,

ni l'envoyé plus grand que celui qui l'a envoyé.

17 Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. 18 Ce n'est pas de vous tous que je parle ; je connais ceux que j'ai choisis ; mais il faut que l'Écriture s'accomplisse :Celui qui mange mon pain

a levé contre moi son talon. 19 Je vous le dis, dès à présent,

avant que la chose n'arrive, pour qu'une fois celle-ci arrivée, vous croyiez que Moi, Je Suis.

20 En vérité, en vérité, je vous le dis, qui accueille celui que j'aurai envoyé m'accueille ;

et qui m'accueille, accueille celui qui m'a envoyé. »

 

21 Ayant dit cela, Jésus fut troublé en son esprit et il attesta :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, l'un de vous me livrera. »

22 Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait.

 

23 Un de ses disciples était installé tout contre Jésus celui qu'aimait Jésus.

24 Simon-Pierre lui fait signe et lui dit : « Demande quel est celui dont il parle. »

25 Celui-ci, se penchant alors vers la poitrine de Jésus, lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » 26 Jésus répond : « C'est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper. » Trempant alors la bouchée, il la prend et la donne à Judas, fils de Simon Iscariote. 27 Après la bouchée, alors Satan entra en lui. Jésus lui dit donc : « Ce que tu fais, fais-le vite. » 28 Mais cela, aucun parmi les convives ne comprit pourquoi il le lui disait.

29 Comme Judas tenait la bourse, certains pensaient que Jésus voulait lui dire : « Achète ce dont nous avons besoin pour la fête », ou qu'il donnât quelque chose aux pauvres. 30 Aussitôt la bouchée prise, il sortit ; c'était la nuit.

 

 

Les adieux.

31 Quand donc il fut sorti, Jésus dit :

« Maintenant le Fils de l'homme a été glorifié

et Dieu a été glorifié en lui.

32 Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même et c'est aussitôt qu'il le glorifiera.

 

33 Petits enfants,

c'est pour peu de temps que je suis encore avec vous.

Vous me chercherez, et comme je l'ai dit aux Juifs où je vais, vous ne pouvez venir, à vous aussi je le dis à présent.

34 Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres.

35 À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres. »

36 Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; mais tu me suivras plus tard. » 37 Pierre lui dit :l « Pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je déposerai ma vie pour toi. » 38 Jésus répond : « Tu déposeras ta vie pour moi ? En vérité, en vérité, je te le dis, le coq ne chantera pas que tu ne m'aies renié trois fois.

 

 

Chapitre 18

01.Ayant dit cela, Jésus s'en alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Cédron. Il y avait là un jardin dans lequel il entra, ainsi que ses disciples.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Or Judas, qui le livrait, connaissait aussi ce lieu, parce que bien des fois Jésus et ses disciples s'y étaient réunis. 3 Judas donc, menant la cohorte et des gardes détachés par les grands prêtres et les Pharisiens, vient là avec des lanternes, des torches et des armes. 4 Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui advenir, sortit et leur dit : « Qui cherchez-vous ? » 5 Ils lui répondirent : « Jésus le Nazôréen. » Il leur dit : « C'est moi. »t Or Judas, qui le livrait, se tenait là, lui aussi, avec eux. 6 Quand Jésus leur eut dit : « C'est moi », ils reculèrent et tombèrent à terre. 7 De nouveau il leur demanda : « Qui cherchez-vous ? » Ils dirent : « Jésus le Nazôréen. » 8 Jésus répondit : « Je vous ai dit que c'est moi. Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez ceux-là s'en aller », 9 afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite : 
« Ceux que tu m'as donnés, je n'en ai pas perdu un seul. »

 

 

10 Alors Simon-Pierre, qui portait un glaive, le tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l'oreille droite. Ce serviteur avait nom Malchus. 11 Jésus dit à Pierre : « Rentre le glaive dans le fourreau. La coupe que m'a donnée le Père, ne la boirai-je pas ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors la cohorte, le tribun et les gardes des Juifs saisirent Jésus et le lièrent. 13 Ils le menèrent d'abord chez Anne ; c'était en effet le beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là. 14 Or Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : « Il y a intérêt à ce qu'un seul homme meure pour le peuple. »

 

15 Or Simon-Pierre suivait Jésus, ainsi qu'un autre disciple. Ce disciple était connu du grand prêtre et entra avec Jésus dans la cour du grand prêtre, 16 tandis que Pierre se tenait près de la porte, dehors. L'autre disciple, celui qui était connu du grand prêtre, sortit donc et dit un mot à la portière et il fit entrer Pierre. 17 La servante, celle qui gardait la porte, dit alors à Pierre : « N'es-tu pas, toi aussi, des disciples de cet homme ? » Lui dit : « Je n'en suis pas. » 18 Les serviteurs et les gardes, qui avaient fait un feu de braise, parce que le temps était froid, se tenaient là et se chauffaient. Pierre aussi se tenait là avec eux et se chauffait.

 

 

 

 

 

 

 

 

19 Le grand prêtre interrogea Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine. 20 Jésus lui répondit : « C'est au grand jour que j'ai parlé au monde, j'ai toujours enseigné en synagogue et dans le Temple où tous les Juifs s'assemblent et je n'ai rien dit en secret. 21 Pourquoi m'interroges-tu ? Demande à ceux qui ont entendu ce que je leur ai enseigné ; eux, ils savent ce que j'ai dit. »

22 À ces mots, l'un des gardes, qui se tenait là, donna une gifle à Jésus en disant : « C'est ainsi que tu réponds au grand prêtre ? » 23 Jésus lui répondit : 
« Si j'ai mal parlé, témoigne de ce qui est mal ; mais si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »

 

24 Anne l'envoya alors, toujours lié, au grand prêtre, Caïphe.

 

 

 

25 Or Simon-Pierre se tenait là et se chauffait. Ils lui dirent : « N'es-tu pas, toi aussi, de ses disciples ? » Lui le nia et dit : « Je n'en suis pas. » 26 Un des serviteurs du grand prêtre, un parent de celui à qui Pierre avait tranché l'oreille, dit : « Ne t'ai-je pas vu dans le jardin avec lui ? » 27 De nouveau Pierre nia, et aussitôt un coq chanta.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapitre 18 (suite)

 

Alors ils mènent Jésus de chez Caïphe au prétoire. C'était le matin. Eux-mêmes n'entrèrent pas dans le prétoire, pour ne pas se souiller, mais pour pouvoir manger la Pâque. 29 Pilate sortit donc au-dehors, vers eux, et il dit : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? » 30 Ils lui répondirent : « Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré. » 31 Pilate leur dit : « Prenez-le, vous, et jugez-le selon votre Loi. »

 

Les Juifs lui dirent : « Il ne nous est pas permis de mettre quelqu'un à mort »,y 32 afin que s'accomplît la parole qu'avait dite Jésus, signifiant de quelle mort il devait mourir.

33 Alors Pilate entra de nouveau dans le prétoire ; il appela Jésus et dit : « Tu es le roi des Juifs ? »

 

 

 

 

 

34 Jésus répondit : « Dis-tu cela de toi-même ou d'autres te l'ont-ils dit de moi ? »

 

35 Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t'ont livré à moi. Qu'as-tu fait ?»

 

36 Jésus répondit :« Mon royaume n'est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais mon royaume n'est pas d'ici. »

 

 

 

 

 

37 Pilate lui dit : « Donc tu es roi ? » Jésus répondit : « Tu le dis : je suis roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »

 

38 Pilate lui dit : « Qu'est-ce que la vérité ? »

 

 

 

 

Et, sur ce mot, il sortit de nouveau et alla vers les Juifs. Et il leur dit : « Je ne trouve en lui aucun motif de condamnation.

 

 

39 Mais c'est pour vous une coutume que je vous relâche quelqu'un à la Pâque. Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »

 

40 Alors ils vociférèrent de nouveau, disant : « Pas lui, mais Barabbas ! »

 

Or Barabbas était un brigand.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 19

19, 1. Lors donc Pilate prit Jésus et le fit flageller.2Les soldats, ayant tressé une couronne avec des épines, la posèrent sur sa tête.

Et ils jetèrent ur lui un manteau de pourpre. 3 Et ils s'approchaient de lui et ils disaient: " Salut, roi des Juifs!". Et ils lui donnaient des gifles.

 

4.Pilate, de nouveau, sortit dehors et leur dit: "Voyez, je vous l'amène dehors pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation".

 

 

5 Jésus sortit donc dehors, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre ; et Pilate leur dit : «Voici l'homme ! » 6 Lorsqu'ils le virent, les grands prêtres et les gardes vociférèrent, disant : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Prenez-le, vous, et crucifiez-le ; car moi, je ne trouve pas en lui de motif de condamnation. » 7

 

Les Juifs lui répliquèrent : « Nous avons une Loi et d'après cette Loi il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu. »

8 Lorsque Pilate entendit cette parole, il fut encore plus effrayé. 9 Il entra de nouveau dans le prétoire et dit à Jésus : « D'où es-tu ? »a Mais Jésus ne lui donna pas de réponse. 10 Pilate lui dit donc : « Tu ne me parles pas ? Ne sais-tu pas que j'ai pouvoir de te relâcher et que j'ai pouvoir de te crucifier ? » 11 Jésus lui répondit : « Tu n'aurais aucun pouvoir sur moi, si cela ne t'avait été donné d'en haut ; c'est pourquoi celui qui m'a livré à toi a un plus grand péché. »

 

 

 

12 Dès lors Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs vociféraient, disant : « Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César : quiconque se fait roi, s'oppose à César. »

 

13 Pilate, entendant ces paroles, amena Jésus dehors et alla siéger au tribunal, en un lieu dit le Dallage, en hébreu Gabbatha. 14 Or c'était la Préparation de la Pâque ; c'était vers la sixième heure.

Il dit aux Juifs : « Voici votre roi. » 15 Eux vociférèrent : « À mort ! À mort ! Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Crucifierai-je votre roi ? » Les grands prêtres répondirent : « Nous n'avons de roi que César ! »

16 Alors il le leur livra pour être crucifié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ils prirent donc Jésus. 17 Et il sortit, portant sa croix, et vint au lieu dit du Crâne – ce qui se dit en hébreu Golgotha – 18 où ils le crucifièrent et avec lui deux autres : un de chaque côté et, au milieu, Jésus.

 

 

 

 

 

 

Pilate rédigea aussi un écriteau et le fit placer sur la croix. Il y était écrit : « Jésus le Nazôréen, le roi des Juifs. » 20 Cet écriteau, beaucoup de Juifs le lurent, car le lieu où Jésus fut mis en croix était proche de la ville, et c'était écrit en hébreu, en latin et en grec. 21 Les grands prêtres des Juifs dirent à Pilate : « N'écris pas : « Le roi des Juifs », mais : « Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs. » » 22 Pilate répondit : « Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23 Lorsque les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses vêtements et firent quatre parts, une part pour chaque soldat, et la tunique.

Or la tunique était sans couture, tissée d'une pièce à partir du haut ; 24 ils se dirent donc entre eux : « Ne la déchirons pas, mais tirons au sort qui l'aura » : afin que l'Écriture fût accomplie :Ils se sont partagé mes habits, et mon vêtement, ils l'ont tiré au sort. Voilà donc ce que firent les soldats.

 

 

 

 

 

 

25 Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. 26 Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d'elle, le disciple qu'il aimait, dit à sa mère :

« Femme, voici ton fils. »

 

27 Puis il dit au disciple :

« Voici ta mère. »

Dès cette heure-là, le disciple l'accueillit chez lui.

 

 

 

28 Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l'Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : « J'ai soif. »

 

29 Un vase était là, rempli de vinaigre. On mit autour d'une branche d'hysope une éponge imbibée de vinaigre et on l'approcha de sa bouche.

 

30 Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit :

« C'est achevé »

et, inclinant la tête, il remit l'esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 19 (suite)

31 Comme c'était la Préparation, les Juifs, pour éviter que les corps restent sur la croix durant le sabbat – car ce sabbat était un grand jour –, demandèrent à Pilate qu'on leur brisât les jambes et qu'on les enlevât.

 

32 Les soldats vinrent donc et brisèrent les jambes du premier, puis de l'autre qui avait été crucifié avec lui.

33 Venus à Jésus, quand ils virent qu'il était déjà mort,

ils ne lui brisèrent pas les jambes,

 

34 mais l'un des soldats, de sa lance, lui perça le côté et il sortit aussitôt du sang et de l'eau

35 Celui qui a vu rend témoignage – son témoignage est véritable, et celui-là sait qu'il dit vrai – pour que vous aussi vous croyiez. 36 Car cela est arrivé afin que l'Écriture fût accomplie :Pas un os ne lui sera brisé. (Ex 12,46 ; Ps 34,21) 37 Et une autre Écriture dit encore : Ils regarderont celui qu'ils ont transpercé. (Za 12, 10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après ces événements, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Pilate le permit. Ils vinrent donc et enlevèrent son corps.

 

39 Nicodème – celui qui précédemment était venu, de nuit, trouver Jésus – vint aussi, apportant un mélange de myrrhe et d'aloès, d'environ cent livres.

40 Ils prirent donc le corps de Jésus et le lièrent de linges, avec les aromates, selon le mode de sépulture en usage chez les Juifs.

 

 

41 Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié,

et, dans ce jardin,

un tombeau neuf, dans lequel personne n'avait encore été mis.

 

 

 

42 À cause de la Préparation des Juifs,

comme le tombeau était proche,

c'est là qu'ils déposèrent Jésus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite: les manifestations de Jésus après sa mise au tombeau

Chapitre 20

recits resurrection

Réflexion sur l'unité

entre la Mort et la Résurrection,

souffrance et bonheur,

humilitation et gloire

 

Nous ferons attention, .... à ne pas séparer mort et résurrection.

Si nous les séparons, comme on le fait trop souvent, toute l'œuvre du salut se résume dans la souffrance endurée par Jésus en expiation de nos fautes par ordre de la justice divine,

et sa résurrection, détachée de l'histoire, se réduit à sa glorification en Dieu

et à la récompense qui nous attend au ciel ;

 

du coup, nous nous empêchons de voir dans la mort de Jésus le pardon gratuit du Père,

la marque suprême de son amour,

et de voir notre résurrection s'accomplir en celle de Jésus

par le travail de son Esprit en nous.

 

Tandis que, si nous les gardons unies,

nous verrons la puissance de sa résurrection œuvrer d'avance dans sa mort à la destruction de toute mort,

et sa mort produire du fruit dans sa résurrection,

une semence de vie éternelle,

l'Esprit d'immortalité qui habite en nos corps pour les conduire à la résurrection.

 

Tels seront les deux versants de notre réflexion :

la libération de la mort opérée par la mort de Jésus,

et la nouvelle création surgie de sa résurrection,

les deux versants du projet divin qui traverse l'histoire de l'humanité

de part et d'autre de l'événement du Christ,

et dont l'Église a hérité un ministère de réconciliation. (p.40)

 

"L'Evangile de la Résurrection", Joseph Moingt (Bayard 2013)

 

PECHE

et

REPARATION du MAL

 

Le péché, c'est toute dérobade ou résistance au dessein de Dieu,

tout ce qui détériore et divise l'image de Dieu

que nous portons tous solidairement,

et puisque ce dessein est notre bien et notre bonheur,

cette image, notre dignité et notre unité,

Dieu se tient pour offensé par tout ce qui porte atteinte

au bien et au bonheur des autres,

à la dignité et à l'unité de l'humanité.

 

 

Nous n'aurions pas le pouvoir d'offenser Dieu

s'il n'avait la faiblesse de nous aimer ;

 

 

le péché est la rupture de la solidarité

entre ceux que Dieu aime d'un seul et même amour.

 

 

C'est pourquoi l'Évangile

érige l'amour du prochain

à la hauteur de l'amour de Dieu (Mt 22,39),

et montre dans le pardon des offenses

et l'amour même de ceux qui nous font du mal

la conformité suprême au comportement du Dieu

créateur envers ses créatures,

qu'il tient toutes également pour ses enfants :

« Aimez vos ennemis,

afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux,

car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons,

et tomber la pluie sur les justes et les injustes. [... ]

Vous donc, vous serez parfaits

comme votre Père céleste est parfait» (Mt 5,44-45.48).(p.44)

 

"L'Evangile de la Résurrection", Joseph Moingt (Bayard 2013)

p.44

 

Copyright © All Rights Reserved