Motsduministere

Mots de la Bible

Expressions bibliques

 

Les mots du ministère chrétien

Un vieux malentendu à dissiper.

 

1. Les mots du SACERDOCE dans la Bible

 

- Le mot français “PRETRE” correspond à un mot précis dans toute la Bible: kohen (héb),iereus (grec) sacerdos(latin). Et exclusivement. Pour être prêtre, il faut être de la descendance de Lévi, et dans la famille d’Aaron. Le prêtre exerce dans le temple, notamment en offrant (animaux ou fruits de la terre), en immolant et dépeçant les animaux destinés à être consumés, (holocaustes), en interprétant les règles du pur et de l’impur concernant le culte, en gérant les offrandes faites au temple.

 

Le “prêtre” est l’homme du “sacré” dont le mot comporte la même racine que prêtre: ieron, sacer, sacerdoce, sacerdotal, sanctuaire.

 

Jésus n’était pas “prêtre”, ni Pierre, ni aucun apôtre, ni Paul. On lit dans les actes des apôtres que des “prêtres” du temple de Jérusalem devinrent chrétiens. Jésus n’a pas créé des “prêtres” mais des “apôtres”.

 

Les “prêtres” disparurent à la fin du Ier siècle avec la destruction du temple de Jérusalem, en 70.

 

(La “lettre aux hébreux” est l’unique texte biblique à dire que Jésus fut “le grand prêtre par excellence” en offrant une seule fois le sacrifice de son existence livrée entre les mains des hommes qui le crucifièrent).

 

 

2. Les mots du MINISTÈRE CHRÉTIEN

 

- Tous les textes conciliaires, sans aucune exception, (j’ai vérifié jusqu’au Concile de Latran I, en 1123, après la rupture Orient Occident) suivent le vocabulaire de la Bible. Pour parler des ministres de Jésus-Christ, ils n’emploient jamais les mots du “sacerdoce” de l’AT, mais exclusivement les mots latins et grecs: “presbyteri” ou “presbuteroi”: ANCIEN. (ZAQEN en hébreu: l'AT parle souvent des anciens, collaborateurs de Moïse au service du Peuple de Dieu)

 

La racine de ces termes évoque l’âge, et la sagesse qui doit lui convenir. Un envoyé du Christ est un “ancien”, ou un “plus ancien” (presbuteros, en grec). Les mots français qui déclinent cette racine sont: presbytère (maison de l’ancien, du curé), presbytie, presbyte (atteint de presbytie), presbytéral, presbytérien. Jamais ne fut créé le mot “presbytre” qui aurait pu et dû décalquer le latin ou le grec. Mais les théologiens précis emploient de plus en plus l’expression “ministère presbytéral” pour désigner la mission de l’Envoyé du Christ.

 

Dans le nouveau testament, Paul emploie deux mots de la racine “presbus” (ancien) pour parler de son ministère au nom du Christ: Ambassade , ambassadeurs. (2 Cor 5). Il demande de choisir des « Anciens » dans les communautés chrétiennes (cf Lettres à Timothée et Tite et Actes 20). Pierre, dans sa première lettre, se présente comme « co-Ancien », « Ancien-avec » (et jamais comme « prêtre », ou homme du sacré, sacrificateur en prolongement des « prêtres » selon Aaron).

- Le NT emploie le mot « presbuteros » presbytres, Anciens au moins 19 fois pour désigner les Envoyés du Seigneur Ressuscité, surtout dans Actes 15, l’assemblée de Jérusalem avec participation des Anciens à la décision de ne plus faire circoncire les chrétiens, et dans I Tim 4 et 5 , et dans Jacques 5.14 (les Anciens au chevet des malades pour l’onction d’huile) et dans I Pierre 5.1 (exhortation de Pierre aux Anciens) et dans la seconde lettre de Jean (moi l’Ancien…) 2 Jn 1.

 

Toujours selon le vocabulaire du Nouveau Testament, Jésus a choisi, appelé et « envoyé en mission » des Apôtres (grec apostolos) Missionnaires (latin missus ), des Intendants chargés de veiller sur (episcopos) la maison de Dieu, des Serviteurs (grec diaconos, latin ministri )chargés de services, (latin ministerium, français ministère) des Annonceurs de la Bonne Nouvelle évangélique, des Chargés de mission pour permettre au peuple de Dieu de “faire mémoire” du sacrement de la Nouvelle Alliance, l’Eucharistie, “en mémoire de Lui” (. Le Christ ressuscité les a envoyés à toutes les Nations, pour “faire des disciples et leur apprendre à observer ses commandements”, avec responsabilité de “lier et délier” dans la communauté ecclésiale terrestre selon ce qui est lié-délié « au ciel » (cf « que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel »).

 

Je viens de citer DEUX autres mots du Nouveau testament caractérisant le « ministère chrétien » :

- « diaconos, diacre et diaconia diaconie (employés 101 fois, y compris pour Phébée « diaconesse de l’église de Cenchrées, Rom 16.1 et peut-être les « femmes » pareillement aux hommes dans I Tim 3.10)

- « episcopos », évêque, veillant-sur, sur-veillant, (I Tim 3.1 ; Tt 1.7 ; I Pierre 5.2 ; Act 20.28)

 

- Autre fait absolu: la racine “sacerdotal” ou “sacré” est utilisée par Pierre et par l’Apocalypse uniquement pour désigner le PEUPLE sacerdotal, le SACERDOCE saint, le royaume de “prêtres” (I P 2.5 ; 2.9 - Ap 1.6; 5.10;20.6).

 

Les mots sont têtus. Leur mauvaise traduction également.

 

Tant et si bien que les “ministres du Christ” sont devenus (et non pas seulement désignés comme ) des “prêtres”, chargés du “sacerdoce” et des “sacrements”. On les considère comme premiers responsables des “sanctuaires” et des réalités sacrées dans l’Eglise.

Ici ou là fleurit même l’expression “personnes sacrées” pour les désigner. Les célébrations occupent l’essentiel de leur temps lorsqu’ils assurent un “ministère paroissial” comme mission principale.

Et les “non-prêtres” ne peuvent exercer certaines de leurs fonctions baptismales que dans la mesure où ils en reçoivent délégation; ils sont en “stand by”, pourrait-on dire. Leur statut de “fidèles du Christ” est réduit au rôle de “laïc”, de "non-ordonné", de "non-consacré".

 

Nous sommes loin d’avoir retrouvé l'importance de tous les "fidèles du Christ" dans la mission de l’Eglise universelle, corps du Christ, selon les enseignements et convictions d’un Pierre ou d’un Paul rapportées par le Nouveau Testament.

 

Nous ne retrouverons le Souffle de la grande Tradition et de la Vocation baptismale qu'en replongeant, ensemble, dans la Source vivante du Christianisme, les Saintes Ecritures du N.T.

 

 

Textes conciliaires et mutations du vocabulaire catholique.

 

Intrigué par la mutation du vocabulaire catholique au sujet du ministère j’ai donc parcouru l’ensemble des textes conciliaires latins. De cette étude rapide, non exhaustive, mais significative, je rapporte quelques éléments dominants.

 

- Le mot latin “sacerdotes” , pour parler des “Presbytres-Anciens”, apparaît pour la première fois en 1311-1313, au Concile de Vienne, décret n° 8. Il y désigne “ceux qui ont reçu le sacerdoce”, et, un peu plus loin, la catégorie des “prêtres” et religieux.( détails pittoresques: c’est pour leur interdire certains costumes (redingote, vêtement rayé et ouvert, chaussures bariolées rouges ou vertes) ou certaines professions (charcutier, boucher, aubergiste, négoce, port des armes) (Albérigo: “Les conciles oecuméniques”, Tome 2, page 756)

 

- Le concile de Constance (1414-1418) emploie au moins 5 fois le mot “sacerdotes” pour désigner les “presbytres-Anciens”.

- Le Concile de Bâle-Ferrare-Florence-Rome (1431-1445) utilise le mot “prêtrise” (presbyteratus) dans sa session VI-XI (Alberigo p.1124)

- Rien de significatif dans Latran V (1512-1517), juste au moment où Luther commence à mettre en cause certaines expressions romaines.

 

***

 

- C’est le concile de TRENTE (1545-1563) qui consacre une mutation significative du vocabulaire.

 

* Ce sont les “sacerdotes”(latin) qui célèbrent l’eucharistie, (Alberigo T.3, p 1420) donnent l’absolution sacramentelle (p.1438). L’emploi du mot latin “sacerdotes” devient courant. On trouve même une affirmation d’équivalence entre “sacerdotes” et “presbyteri” à la page 1450: “Si quelqu’un dit que les “presbytres” (presbyteros) de l’Eglise, que St Jacques recommande de faire venir pour oindre un malade, ne sont pas les “prêtres ordonnés (sacerdotes) par l’évêque”, mais les plus âgés dans toute communauté et que, pour cette raison, le ministre propre de l’extrême onction n’est pas le “prêtre” (sacerdotem) seul : qu’il soit anathème” (canon 4 sur l’extrême onction).

 

* Est également utilisée l’expression nouvelle: “ministère du sacerdoce” (ministerium sacerdotii) pour désigner ceux qui ont été élevés à “l’ordre de la prêtrise”(ad ordinem presbyteratus). Cette expression qualifie le degré inférieur du sacrement de l’ordre concernant le “presbytre” par rapport à l’évêque.(Alberigo p. 1510,1512,1522) Noter qu’apparaît au même moment la création des petits séminaires pour accueillir des enfants dès l’âge de 12 ans. (p.1525)

 

Le Concile de Trente a quasiment substitué le vocabulaire du “sacré”, du “sacerdotal” à celui du “ministère presbytéral”.

Il en sera ainsi pendant plusieurs siècles, jusqu’au XXè avec Vatican II

 

***

 

- Le Concile VATICAN II (1963-1965)

 

A) revient au vocabulaire traditionnel et néotestamentaire dans son document du 7 décembre 1965 “presbyterorum ordinis” (L’ordre des Presbytres-Anciens).

 

* Il utilise essentiellement les mots de la racine “presbytérale” et non plus “sacerdotale”.

* il rappelle que le sacerdoce concerne le corps ecclésial tout entier

* et que les “Presbytres” accomplissent publiquement “la fonction sacerdotale”, à leur niveau. (p.2112 et suivantes).

 

B ) La Constitution sur l’Eglise, (Lumen gentium, du 21 novembre 1964), avait commencé ce retour aux sources de la révélation en présentant l’Eglise comme “peuple de Dieu”, à l’intérieur duquel le Concile situait les évêques (dont les “presbyteri” sont les premiers auxiliaires dit le n° 28), les laïcs et les religieux. Il rappelait l’appel universel à la sainteté, le caractère eschatologique de l’Eglise. Il présentait Marie comme modèle de l’Eglise.

 

Ce texte disait clairement:

- ”Les baptisés, par la régénération et l’onction du Saint Esprit, sont consacrés pour être une demeure spirituelle et un sacerdoce saint , pour offrir, par toutes les activités du chrétien, autant de sacrifices spirituels et proclamer les merveilles de celui qui des ténèbres les a appelés à son admirable lumière”-(n°10)

- “Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ou hiérarchique, bien qu’il y ait entre eux une différence essentielle et non seulement de degré, sont cependant ordonnés l’un à l’autre: l’un et l’autre, en effet, chacun selon son mode propre, participent de l’unique sacerdoce du Christ”. (n° 10)

 

- “Tout ce qui a été dit du peuple de Dieu concerne à titre égal laïcs, religieux et clercs...”(n°30)

 

- “Sous le nom de laïcs on entend ici l’ensemble des chrétiens qui ne sont pas membres de l’ordre sacré et de l’état religieux sanctionné dans l’Eglise, c’est-à-dire les chrétiens qui, étant incorporés au Christ par le baptême, intégrés au peuple de Dieu, faits participants à leur manière de la fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ, exercent pour leur part, dans l’Eglise et dans le monde, la mission qui est celle de tout le peuple chrétien”.(n° 31)

 

On aurait pu écrire

1) tout CHRÉTIEN, tout FIDÈLE du Christ, est membre du peuple de Dieu à part entière ( et c’est le sens originel du mot grec “laïcos”, membre du “laos” ou peuple de Dieu)

2) Certains fidèles cessent d’être canoniquement des “laïcs” lorsqu’ils sont ORDONNÉS ou font Profession dans l’état religieux reconnu dans l’Eglise. Ils demeurent des CHRÉTIENS et des FIDÈLES du Christ

 

“Avec vous, je suis CHRÉTIEN: pour vous je suis évêque” disait St Augustin.

C’était plus bref, plus simple et surtout plus mobilisateur.

 

.***

Malgré ces textes et de nombreuses études bibliques, le vocabulaire courant des catholiques continue à employer (réserver?) les mots du “sacerdoce” pour caractériser le statut particulier des “presbytres” et les distinguer des “laïcs” à tout propos.

 

Malgré le dernier Concile prolifère dans le langage courant catholique romain l’énumération hiérarchique: évêques, prêtres, religieux, religieuses, laïcs. Quand reviendra-t-on au langage de Pierre ou de Paul s'adressant d'abord et essentiellement aux "fidèles du Christ", aux "saints qui vivent à...", ou à "l'assemblée des saints qui résident à..."

 

Le mot “chrétien” est moins utilisé dans le langage catholique que “fidèle laïc” ou “ministre ordonné” ou “personne consacrée”. Le mot “vocation” concerne encore essentiellement la vocation "sacerdotale" ou la vocation à la vie "consacrée".

 

***

Augustin a fort bien dit l’essentiel. Toutes les lettres des Apôtres s’adressent aux chrétiens de telle ou telle ville, aux disciples du Christ. Elles comportent un nombre réduit de lignes spécifiques concernant les “presbytres”, les ministres chargés d'un service “pastoral”. En les comparant avec nos textes contemporains, nous voyons bien la différence considérable d’accent. Qui doit changer de vocabulaire ou de théologie des ministères? L'Ecriture sainte ? Evidemment non! Alors, tournons notre langue sept fois dans la bouche avant de parler des ministères aujourd'hui.

 

Les interrogations incessantes concernant le ministère presbytéral dans l’Eglise et dans le Monde actuel feront renaître un intérêt pour une meilleure utilisation des mots bibliques.

 

La fidélité aux Paroles du Christ et des Apôtres ainsi qu’à la plus longue Tradition de l’Eglise permettra, et elle seule, de “refonder le ministère presbytéral” indispensable à toute communauté chrétienne. Et, j'en ai l'intime conviction, alors des hommes et des femmes répondront à l'Appel intérieur de l'Esprit, relayé par les Communautés chrétiennes et les Pasteurs, pour assurer les ministères et services dont le Monde et l'Eglise ont besoin. Je prie pour que nous retrouvions le bon sens du Ministère...

 

 

Jean Charles THOMAS (27 février 2009, pour quelques compléments sur les mots du ministère dans le NT)

 

En cliquant sur le lien ci-dessous concernant l'évolution de Charles de Foucauld sur l'idée qu'il se faisait du sacerdoce...

Faites défiler les écrans jusqu'à trouver

le complément sur "LE MINISTERE PRESBYTERAL DANS LA TRADITION CATHOLIQUE LATINE"

 

thomasjch.com/sacerdocecdf.html

 

 

 

 

 

 

Voir également le document intitulé "qui est prêtre ?" distribué en 1992 par JC Thomas dans la cathédrale de Versailles pour les Ordinations de 1992.

Lien dropbox donnant accès à ce document PDF

https://www.dropbox.com/s/tumcm574vh9xodb/Qui%20est%20pr%C3%AAtre.pdf?dl=0

 

Copyright © All Rights Reserved