Apocalypse

Apocalypse

"Les Grandes énigmes de l'Apocalypse: la clé des symboles"

Philippe PLET, Salvator, 2011, 327 pages

Ce livre rend l'Apocalypse accessible: style limpide, décryptage des symboles fondé sur une grande connaissance des textes bibliques, interprétation actualisable par chaque lecteur acceptant de confronter son expérience spirituelle avec celle dont Jean, l'Ancien, le Presbytre, auteur de l'Apocalypse, décrit les grandes lignes sous forme d'une invitation, bourrée d'images et symboles, à la conversion et au combat spirituel.

Avec un vrai sens pédagogique, Philippe Plet présente l'originalité de son propos en dix pages ouvrant son livre (pages 9 à 19).

 

APOCALYPSE ou REVELATION

 

1, 1 à 8

L'auteur se présente: il s'appelle Jean.

Il est "Presbytre" c.à.d Ancien ayant mission au coeur de l'assemblée des chrétiens (ou Eglise locale).

Il a reçu une Révélation (sens du mot Apocalypse) capable d' éclairer les chrétiens affrontés à une forte opposition de la part des pouvoirs civils.

Il leur demande de lire et de prendre au sérieux ce message pour vivre avec espérance les combats spirituels qui les attendent: le moment est proche.

*

Ce Jean connaît bien les Sept Eglises de la Turquie actuelle: elles représentent, à ses yeux, toutes les églises locales du monde méditerranéen dont Rome détient le pouvoir ( sept, chiffre d'une totalité).

 

Ceux et celles qui font partie de ces communautés locales honorent Dieu et le Christ comme "celui qui est, qui était et qui vient": rappel du Nom divin révélé à Moïse comme celui de l'Unique Seigneur de l'histoire, mystérieux et intervenant dans les événements au point de dire "Je Suis Qui Je Suis", "Je serai qui je Serai", J'Existe et J'Agis.

*

Le Christ a reçu ce Nom. Lui aussi agit.

Il a été le Grand Témoin de Yahvé, son Fils bien-aimé. Il s'est engagé dans l'histoire pour vaincre les puissances de mort qui écrasent les humains. Elles ont fini par le tuer, mais il a traversé la mort physique sans jamais perdre la Vie: il demeure Le Vivant, toujours actif au service de la Vie.

Jean voit en Lui celui qu'annonçait le prophète Daniel, un "Fils d'homme" venant chez les humains de la part du Père (le vieillard à la grande Sagesse) . La Nuée symbolise sa présence . Son action sera célébrée, reconnue finalement par tous, y compris ceux qui l'ont transpercé (rappel de la crucifixion et du coup de lance) (Dan 7, 13-14).

 

Ceux et celles qui croient en Lui reçoivent pouvoir et mission d'affronter les puissances du Mal. Ensemble ils forment un royaume de prêtres, capables de s'offrir , de témoigner en faveur de Dieu, de sortir vivants des épreuves qu'ils traversent.

 

 

Dès ces premières lignes, le lecteur attentif comprend que la "Révélation" concerne son existence - et non pas seulement une histoire passée ou dépassée. Il va devoir décrypter bon nombre d'expressions dont la clé se trouve chez plusieurs prophètes de l'AT.

 

1, 9 à 19

 

L'auteur du livre Apocalypse (qui signifie Révélation et non pas catastrophe) se présente: il s'appelle Jean, il est disciple de Jésus , il connaît l'opposition mais il demeure fidèle à la Parole de Dieu et à la Vérité transmise par Jésus.

Un "compagnon" pour tout chrétien.

 

C'est un Dimanche qu'il soit et entend. Un jour d'assemblée communautaire où on peut partager avec d'autres des éléments de son expérience spirituelle.

 

Il a beau être isolé sur une île, il vit en profonde communion avec toutes les communautés chrétiennes du moment, situées dans l'actuelle Turquie.

 

Et surtout il est en profonde communion avec le Christ, ce Fils d'humain dont la Parole retentit comme une grande Voix sur terre et dans les cieux.

Sa Parole ressemble à une épée à deux tranchants: elle sépare avec précision ce qui est bon et ce qui est mauvais pour la conscience de chaque personne humaine.

 

Le Visage du Christ rayonne comme un Soleil en plein midi, au plus haut du ciel.

 

Et pourtant, la Lumière de ce Visage rassure: elle fait comprendre le passé, le présent et l'avenir, le Sens final de toute l'histoire.

 

"N'aie pas peur" : la parole même que Jésus ressuscité transmettait en premier lieu quand il entrait en relation avec ses disciples.

Il donne sa Paix.

Le premier signe de sa Présence est la Paix pour les hommes qui recherchent la Volonté du Seigneur. .

 

5, 11 à 14

Célébrer, rendre grâce, honorer le Christ en esprit et en vérité c'est tout à la fois reconnaître la Puissance et la Faiblesse,

l'Agneau et le Pasteur,

celui qui fut immolé mais qui demeure vivant parce qu'il n'a jamais haï ceux qui le maltraitaient.

 

Célébrer, c'est reconnaître la Grandeur et l'Humilité.

Le Divin et l'Humain inséparablement unis en Jésus et en Dieu.

Dieu de Puissance et de Tendresse.

Dieu qui donne tout et exige tout.

 

 

Dieu de sagesse capable d'aimer à la folie.

 

Dieu qui siège sur un trône de Gloire et qui descend de son trône pour s'agenouiller devant ceux qui l'aiment.

 

Le Seigneur et le Serviteur.

 

**

Nos liturgies doivent associer les deux Faces de Dieu.

Si nous ne célébrons que sa Puissance nous risquons de le déformer en Etre de Pouvoir exigeant surtout nos prosternements.

Si nous ne célébrons que son humilité, nous risquons de le déformer en un Etre préférant l'échec, la défaite et la mort, n'apportant donc aucun espoir aux humains.

 

7, 1 à 17

 

Jean a d'abord décrit les églises de la terre, qualités , défauts et limites. Toutes les assemblées de chrétiens sont ainsi invitées à tester leur fidélité actuelle envers le Fils de l'homme, "celui qui est, qui était et qui vient". (chapitres 1 à 3).

Il a ensuite décrit le monde céleste honorant le Très-Haut, le trois fois Saint. (ch 4)

Il a focalisé le regard sur Le Livre que l'Agneau est seul capable d'ouvrir: Ce livre montre les humains affrontés à six grandes situations qui les éprouvent (ch 6).

*

Jean invite maintenant le lecteur à regarder ceux qui vont participer au combat spirituel planétaire contre le Dragon ( symbole du Mal, de l'antique serpent, de la perversité et de l'opposition au Trois fois Saint).(ch 7)

 

Un premier groupe représente le peuple choisi des Douze tribus d'Israël. 144.000, symbole d'un nombre immense (carré de 12 multiplié par mille ou myriades).

Second groupe: "une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues".

Ils sont debout, ils reconnaissent que leur salut vient de Dieu et de l'Agneau. Ils sont marqués au front par cette foi envers Dieu et le Christ: elle habite leurs pensées et fonde leurs comportements.

"Dieu les abritera sous sa tente".

Dès lors, "ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif...car l'Agneau sera leur Berger, il les conduira vers des sources d'eaux vives, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux" (v.15-17).

 

Jean évoque ainsi, en signes et symboles,

- la proximité de Yahvé envers son peuple, dans le désert, avec la "tente de la rencontre" où il écoutait le peuple, lui répondait et lui pardonnait.

- les béatitudes proclamées par Jésus dès son discours inaugural en Galilée: heureux ceux qui ont faim et soif de ce qui est Juste selon Dieu: heureux ceux qui pleurent sur les malheurs du monde et sont touchés au point de s'engager contre ce qui engendre le malheur (Mat 5)

- l'entretien de Jésus avec la femme de Samarie sur l'eau qui apaise la soif spirituelle (Jean 4)

- le discours de Jésus après la multiplication des pains : " C'est moi qui suis le pain de vie: celui qui vient à moi n'aura jamais faim, celui qui croit en moi n'aura jamais soif" ( Jean 6, 35)

- la proclamation de Jésus: " Je suis le Bon Berger, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent" (Jn 10,14).

 

Tels sont les combattants de Dieu, portant son empreinte sur leur front. Ils ont affronté la grande épreuve ou vont l'affronter. Ils sont purifiés de leurs fautes par l'Amour envers tous symbolisé le sang de l'Agneau.

Leur histoire concerne tous les siècles.

Elle nous concerne aujourd'hui.

*

Le combat va commencer (ch 8).

Le monde retient son souffle. Grand silence dans le ciel quand l'agneau va ouvrir le septième sceau et que retentissent les sept trompettes.(ch 8 et 9)

 

Cette révélation du Sens de l'Histoire comme invitation à l'écoute de Dieu, au combat spirituel dans la Foi, cette révélation ou apocalypse est cryptée, bourrée de signes et symboles, car elle fut écrite en période de grandes épreuves et persécutions.

Mais les persécutions contre la foi chrétienne ne sont-elles pas de tous les temps ?

 

 

 

21, 1 à 5

 

L'à-venir sera totale nouveauté et non pas restauration: de l'inédit, de l'inimaginable. C'est annoncé pour que nous l'attendions comme horizon de l'histoire.

***

Ciel et terre seront d'une autre nature, non décrite. La mer aura disparu parce qu'elle symbolise tout ce que redoutent les humains. Plus loin il sera dit que le soleil ne sera plus utile, Dieu étant la lumière des hommes. (v.23)Rappel de Genèse 1 où Dieu crée "la lumière" dès le jour Un, et le soleil seulement le jour 4. Façon de dire déjà que la vraie Lumière des humains, c'est le Créateur.

***

Ces totales nouveautés sont proclamées par "une Voix" sortant du trône : celle du Créateur qui dit ce qui doit exister et cela existe.

***

La nouvelle Ville est bâtie par Dieu. Pour qu'il puisse y dresser sa tente et camper avec l'Humanité: mêmes mots que pour le début du quatrième évangile: "La Parole s'est faite homme et a dressé sa tente parmi nous".

***

Cette nouvelle Ville accueille une Humanité totalement renouvelée de l'intérieur, comme une épouse devenue enfin belle grâce aux guérisons que Dieu lui a accordées pour qu'elle soit agréable à son époux, l'Agneau qui a tout donné pour qu'elle soit Grâce, Beauté, Amour.

***

Tout ce qui fait mal aux humains a disparu définitivement: larmes, mort, cris, deuils, douleurs. D'où le chant triomphal de "la Voix": c'est arrivé ! Je l'ai fait ! JE SUIS le commencement et la fin. Celui qui a soif, qu'il vienne, boive à la source, devenant lui-même source vivante (cf. Jean 7, 37-39).

Je serai le Dieu des victorieux: ils seront pour moi des Fils.

***

Chaque expression a la force d'un symbole. Elle évoque des mots ou expériences présents dans d'autres livres bibliques, notamment la Genèse.

Et ici, le symbole ne signifie pas le virtuel mais le réel annoncé dont on décrit les contours seulement par évocations. Ce réel arrivera certainement.

 

Pour l'ensemble de l'Humanité, certes, un jour. Mais aussi pour chacun de ceux et celles qui auront choisi Dieu par la foi et accompli leurs oeuvres en toute logique avec cette foi. Non pas des corrompus, non pas des passifs non pratiquants.

 

Ces lignes laissent deviner

l'avenir de quiconque vit selon la Foi, dès maintenant .

Savourons-les.

 

21, 9 à 27

 

Le rédacteur de la Révélation adopte un style riche de symboles pour faire pressentir ce vers quoi s'oriente l'histoire des humains.

 

Jérusalem devient la Ville vers laquelle converge l'Humanité. Ce ne sont plus des humains qui la construisent: Dieu s'en charge. Et elle descend du Ciel, toute Nouvelle, resplendissante comme un joyau de pierres précieuses. Ceux dont les livres bibliques ont parlé la constituent: gens d'Israël, disciples du Christ, assemblés en une construction d'une incroyable qualité.

 

Cette Cité respire tellement l'Amour qu'on peut la comparer à une Epouse: l'Humanité entièrement amoureuse de Dieu et de l'Agneau de Dieu. Elle aussi "descend du Ciel" où Dieu l'a rendu parfaite, purifiée de ses erreurs, des cicatrices rappelant ses péchés historiques.

 

Cette Humanité sera pleinement habitée par l'Amour de Dieu. Une véritable Création nouvelle où les éléments de la première création ne seront plus utiles. Dieu sera Soleil, Lumière, Temple, Aimant attirant tout à Lui, bouleversant les coeurs: finies les nuits, les peurs, les larmes, les morts.

 

 

En écrivant ainsi, Jean a conscience de refermer le grand livre de l'histoire imparfaite des Humains et d'Ouvrir le Nouveau Livre de l'Histoire telle que Dieu la rêve depuis les Origines et pour Toujours.

 

Cette histoire est déjà commencée.

Elle est "en cours"

pour tous les humains et institutions qui se comportent en "disciples de l'Agneau",

en se laissent purifier,

jour après jour,

par le DIEU

AMOUR et MISERICORDE

 

22, 12 à 20

Ainsi prend fin le livre de l'Apocalypse qui clôture la Révélation biblique.

Ainsi est présenté l'à-venir , comme en écho des fondamentaux sur le cosmos, la planète, l'humain.

L'Histoire a un Sens. Tout évolue et doit être transformé. Le terrestre et le spirituel. Un nouveau Monde germe déjà.

 

 

Jésus, le Fils, l'Agneau immolé par les humains mais toujours Vivant, représente le coeur, le sens et la dynamique de l'histoire humaine.

Il révèle tout: le passé, le présent et l'avenir.

 

Les Eglises ou assemblées de ses disciples bénéficient de sa Vision de l'histoire.

 

L'humanité est comme une Epouse pour Dieu: elle bénéficie de son Amour inconditionnel. Ayant sans cesse besoin d'être réformée, reconvertie, pardonnée, elle finira par se laisser enfin épouser par Dieu et par l'Agneau de Dieu.

L'Esprit d'Amour ne cesse de travailler et d'intervenir pour susciter une Alliance d'Amour entre l'Humanité et le Créateur.

 

Ce Dessein bienveillant de Dieu réussira, malgré tous les retards et les oppositions que les humains accumuleront pour faire échouer l'Alliance.

 

La Vie l'emportera: tous pourront enfin manger les fruits de l'arbre de Vie.

Les Portes de la Ville Nouvelle seront ouvertes et chacun pourra les franchir, aller et venir.

La Lumière d'En-Haut l'emportera: plus besoin de soleil.

Dieu sera tout en tous: plus besoin de temple dans la Ville Nouvelle.

Un grand désir soulève les coeurs dès maintenant: Viens ! Que ceci se réalise !

Viens, Seigneur Jésus !